L'Iran réclame une enquête sur les actes "alarmants" de "sabotage" — Emirats

Share

De mystérieux "actes de sabotage" présumés contre quatre navires ont provoqué une montée des tensions dans le Golfe, au moment où Donald Trump mettait une nouvelle fois en garde l'Iran contre tout passage à l'acte contre les intérêts américains. L'Iran a choisi ce lieu dans les eaux du golfe d'Oman, aux Émirats arabes unis, pour sa première attaque proactive contre les sanctions américaines, car il se situe à l'écart des sentiers battus des routes d'exportation de pétrole du Golfe.

Dimanche, après avoir démenti, les Emirats avaient finalement fait état d'" actes de sabotage " contre quatre navires commerciaux de différentes nationalités à l'est de l'émirat de Fujairah, sans identifier les auteurs mais en qualifiant l'évènement de " grave ". Il s'agit dans les deux cas de pays proches des Etats-Unis, qui viennent de renforcer leur présence militaire dans le Golfe dans le contexte du dossier iranien.

Une photo, fournie par le gouvernement émirati, a montré la coque endommagée de l'Andrea Victory.

En réponse, les Européens ont mis plus largement en garde contre les risques de la période actuelle.

Ces nouvelles tensions suscitent l'inquiétude dans une région en proie à une escalade.

Le cargo émirati A. Michel. "Heureusement, l'attaque n'a pas entraîné de pertes humaines ni de marée noire mais a causé des dommages importants aux structures des deux navires", a déclaré dans un communiqué le ministre saoudien de l'Energie, Khalid Al-Falih.

La compagnie Thome, qui a affrété ce tanker, a déclaré qu'il avait été "touché par un objet indéterminé". Dimanche, le gouvernement des Émirats arabes unis a appelé la communauté internationale à "prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation".

Montrer aux Etats-Unis et aux pays pétroliers du Golfe que Téhéran n'a pas besoin de bloquer le détroit d'Ormuz pour perturber les exportations de pétrole du Golfe vers les marchés internationaux. Téhéran qui évoque des "incidents alarmants et regrettables", et a demandé une enquête. Washington a envoyé un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, qui s'ajoutent au déploiement d'un porte-avions et de bombardiers B-52.

L'analyste Karen Young, du cercle de réflexion néoconservateur American Enterprise Institute, a invité à la prudence face à "l'engrenage des provocations" accompagnées de possibles "mauvaises interprétations".

Share