Donald Trump et Xi Jinping devraient se voir en juin

Share

Les nouveaux droits, qui s'appliqueront le 1er juin, concerneront quelque 5.140 produits américains et s'échelonneront de 5% à 25%, a précisé le ministère des Finances dans un communiqué.

L'annonce de lundi marque donc une nouvelle dégradation des relations commerciales sino-américaines, qui se sont brutalement crispées début mai, Washington accusant Pékin d'avoir fait marche arrière dans les négociations commerciales que les deux parties mènent depuis plusieurs mois.

Cette annonce fait suite à celle du président américain, qui a fait passer vendredi de 10 % à 25 % les droits de douane punitifs imposés sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.

Le président américain Donald Trump a conseillé à la Chine, samedi, de signer "maintenant" un accord commercial, lui promettant une situation "bien pire" si la négociation devait se poursuivre au cours d'un éventuel second mandat à la Maison Blanche. "La Chine ne doit pas riposter, cela ne ferait qu'aggraver les choses!" La Chine ne cédera jamais à aucune pression extérieure. Ceci, alors que du côté de Pékin, comme de celui de Washington, l'on continue à assurer que les négociations bilatérales se poursuivent toujours en vue d'aboutir à un accord commercial. "Trop cher d'acheter en Chine", a également menacé Donald Trump lundi matin. "Nous avons la détermination et la capacité de défendre nos droits et intérêts légitimes", a encore martelé lundi Geng Shuang, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"À aucun moment la Chine ne renoncera à être respectée, et personne ne doit attendre d'elle qu'elle avale des couleuvres et néglige ainsi ses intérêts fondamentaux", écrit ainsi le Quotidien du Peuple, l'organe du comité central du Parti communiste au pouvoir. Quoi qu'il en soit, l'exacerbation que connaît la guerre commerciale entre les deux premières économies de la planète fait peser à nouveau de sérieuses inquiétudes sur la déjà très frêle reprise économique mondiale, mais aussi sur les places financières et les marchés pétroliers, où la demande et les prix risquent de subir un sérieux revers si l'activité mondiale venait de nouveau à ralentir.

En Europe, l'indice Stoxx 600 et le CAC 40 parisien perdaient plus de 1,2% à 13h05 GMT tandis que les contrats à terme sur les principaux indices américains cédaient entre 1,9% et 2,6%.

Le Nasdaq Composite cédait 2,49% à 7.720,07 points à l'ouverture, au plus bas depuis le 29 mars. Cette surtaxe visant Washington touchera plus de 5000 produits américains et entrera en vigueur à partir du 1er juin.

Share