Bataille de procédures — Procès Balkany

Share

Au tabac, on voyait régulièrement Mme Balkany jouer à. l'Euromillions. A l'issue de la première journée d'audience du procès pour fraude fiscale et blanchiment de Patrick et Isabelle Balkany, lundi, l'avocat du maire de Levallois-Perret, Eric Dupont-Moretti, s'est exprimé devant la presse et les caméras. Isabelle Balkany est absente au tribunal depuis l'ouverture du procès lundi et est toujours hospitalisée, depuis sa tentative de suicide début mai. Mais celle-ci n'empêche pas l'audience de se poursuivre.

"Madame Balkany est dans un état psychologique très fragile, c'est incontestable", était en train de déclarer le ténor du barreau, revenant sur l'absence d'Isabelle Balkany, hospitalisée depuis le 1er mai après une tentative de suicide. Avec une mine agacée, l'avocat lui lance: " Ouais, c'est pas bien grave. Mais les choses ne se sont pas passées exactement comme prévu.

Le barnum Balkany tient toutes ses promesses. Les deux affaires étant évidemment liées, elles ont naturellement vocation à être jugées ensemble. L'occasion pour Eric Dupond-Moretti, avocat du maire de Levallois-Perret, de pester à la barre: "Patrick Balkany n'est pas au-dessus des lois, mais pas non plus en dessous". "Je ne vois pas comment on peut juger l'un sans l'autre".

Les enquêteurs ont malgré tout pu compter sur le témoignage du personnel des Balkany, notamment ce majordome de la villa "Dar Gyucy" de Marrakech, qui a fait savoir que ce ryad était bien une "maison de famille" du couple, mais aussi le gardien de la maison de Saint-Martin. Lui sans elle, elle sans lui. "Elle sans lui, lui sans elle, cela n'a pas de sens", tranche Me Dupond-Moretti. "C'est pas un chien, Patrick Balkany". La femme de 71 ans a finalement été retrouvée " inanimée " par son mari Patrick Balkany, qui a contacté les secours.

Les Balkany, habitués des lieux, ont constamment nié en être propriétaires. "(.) C'est difficile, même pour Balkany".

Dans un registre plus technique, Pierre-Olivier Sur soulève un autre motif justifiant à ses yeux le renvoi: l'incohérence du calendrier du procès. Isabelle et Patrick Balkany sont poursuivis pour (notamment) corruption, blanchiment et fraude fiscale. Il ne demande rien de moins que la récusation du président dont il met en cause l'impartialité. " Alors mon client est député depuis 25 ans, il se dit en lisant cette ordonnance: quelle chance j'ai?"

Les juges ont par ailleurs évacué des demandes de nullité des poursuites pour fraude fiscale et de la citation à comparaître: ils se prononceront dessus au moment de leur jugement final. Une demande en forme de "lapalissade" sans "aucun intérêt", selon le vice-procureur du Parquet national financier. Au total, le procès devrait durer six semaines. Ils auraient dissimulé au fisc des revenus et un patrimoine "occultes" à hauteur "au minimum" de 13 millions d'euros, en particulier deux luxueuses villas, au Maroc et dans les Caraïbes, cachées derrière d'exotiques montages financiers.

Share