Six morts dans l'attaque d'une église catholique — Burkina Faso

Share

Des hommes armés non identifiés (HANI) ont attaqué la commune de Dablo ce dimanche 12 mai 2019 dans la matinée. Ils auraient ouvert le feu sur les fidèles qui essayaient de s'échapper. Des hommes armés ont en effet fait six morts dans une église dont le prêtre célébrant.

"Ils ont incendié l'église, puis des boutiques et un maquis (petit restaurant ou bar) avant de se rendre au centre de santé où ils ont fouillé le local et incendié le véhicule de l'infirmier chef de poste", a également décrit le maire de la ville. Les boutiques et magasins sont fermés. Ils ont ordonné aux femmes et aux enfants de quitter les lieux, avant d'abattre six personnes dont le prêtre. "C'est pratiquement une ville morte".

Cette attaque a eu lieu deux jours après la libération, dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord du pays, de quatre otages - deux Français, une Sud-Coréenne et une Américaine. Les membres des forces de défense et de sécurité procèdent à des ratissages.

Un drame vient de frapper l'église catholique du côté du Burkina-Faso.

L'attaque de ce dimanche intervient seulement au lendemain d'une grande opération dénommée Ndofou qui vise à sécuriser les régions du Sahel, du Nord et du Centre-nord. A la mi-mars, l'abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo, dans le nord du pays, a été enlevé par des individus armés. "Selon des sources sécuritaires, ceux-ci étaient " considérés comme pas assez radicaux " par les djihadistes ou " accusés de collaborer avec les autorités ".

Pour Corinne Dufka de Human Rights Watch, les attaques ciblées récentes de chrétiens ou de certains groupes ethniques sont aussi "une des stratégies" des jihadistes "pour faire monter les tensions ethniques et déstabiliser le pays".

Share