Trump serait poursuivi pour "entrave à la justice" s'il n'était pas président

Share

"Les Américains voient clairement que les manoeuvres désespérées" des démocrates "visent à les détourner des succès historiques du président", a au contraire lancé Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif. "Une date de principe a été fixée au 15 mai et nous espérons que le procureur spécial viendra", a déclaré sur Fox News l'élu, précisant ensuite qu'aucun accord n'avait été finalisé à ce stade avec l'ex-chef du FBI.

" Personne, ni le ministre de la Justice, ni le président, ne peut être au-dessus de la loi", a-t-il martelé, alors qu'il lançait la procédure pour entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès (" contempt of Congress ") contre Bill Barr.

Cette procédure très rare avait été appliquée en 2012 contre le ministre de la Justice du démocrate Barack Obama, Eric Holder.

Deux ans et demi après la présidentielle américaine de 2016, l'enquête tentaculaire sur le dossier russe continue ainsi d'empoisonner le mandat de Donald Trump.

Rouage essentiel du clan Trump, Donald Trump Jr, le fils aîné du 45ᵉ président des Etats-Unis, est convoqué par le Sénat dans le cadre de l'enquête russe, rapportent mercredi les médias américains.

Dans cette même affaire, la Maison Blanche a instruit Donald McGahn, ancien conseiller juridique de l'Administration Trump, de ne pas témoigner, non plus, devant cette commission.

S'ils écartent encore la perspective d'une procédure de destitution contre ce dernier, les démocrates emploient les vastes pouvoirs d'investigation que leur offre, depuis janvier, leur majorité à la Chambre des représentants pour enquêter à tout-va contre l'administration républicaine.

Une version expurgée de certaines données sensibles du rapport du procureur spécial Robert Mueller a été publiée le 18 avril.

Sur ce sujet, Donald Trump a opéré plusieurs volte-face. Lundi, les démocrates se sont dits prêts à ouvrir une procédure d'entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès contre le ministre de la Justice Barr s'il ne satisfaisait pas leur demande, annonce l'AFP.

Dans ce texte, les signataires contredisent directement le ministre de la Justice, William Barr, qui avait conclu du rapport Mueller qu'il ne présentait pas suffisamment de preuves pour inculper Donald Trump. William Barr pourrait risquer une amende, voire une peine d'emprisonnement, mais ces peines restent largement improbables.

Ces duels pourraient escalader vers de rudes batailles judiciaires.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin a rejeté une requête d'une autre commission du sénat en charge des questions de la fiscalité, pour avoir accès aux déclarations d'impôts de Donald Trump.

Contrôlée - de même que le Sénat - par les républicains, la commission du Renseignement a ouvert une enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016.

Share