Soudan : L'armée "s'engage à transférer le pouvoir au peuple"

Share

La valeur de la livre soudanaise s'est fortement renforcée dimanche sur le marché noir, le renversement du président Omar el-Béchir laissant envisager un afflux de dollars dans ce pays confronté depuis plusieurs années à des pénuries de devises étrangères.

Selon un autre porte-parole de la rue, Madani Abbas Madani, l'annonce de la composition de l'instance civile réclamée par le peuple pourrait ainsi intervenir " dans les prochains jours ". C'est le mouvement qu'il condamne directement, puisqu'il fait référence aux barrages établis par les manifestants aux abords de l'état major de l'armée, montrant ainsi que les tentatives des soudanais pour s'auto-organiser en marge du régime, quoi que de façon extrêmement embryonnaire, ne seront pas tolérés par les militaires.

Le général Burhane a affirmé le même jour à la télévision son "engagement à remettre le pouvoir au peuple", et promis que l'armée répondrait dans la semaine aux demandes des manifestants.

Ce dimanche (21.04.), les manifestations se sont poursuivies à Khartoum où des milliers de personnes s'étaient rassemblées devant le Quartier Général de l'armée, d'après l'AFP.

Le nouveau procureur général, al-Walid Sayyed Ahmed, en place depuis quelques jours à peine, a annoncé parallèlement que des dispositions ont été prises pour contrôler les biens des hauts responsables du régime de M. Béchir et de leurs familles. L'annonce a été faite ce dimanche 21 avril par l'agence de presse saoudienne, Saudi Press Agency (SPA) La subvention comprend un dépôt de 500 millions de dollars à la Banque centrale du Soudan, les 2,5 milliards de dollars restants seront affectés au financement de l'achat de nourriture, de médicaments et de produits pétroliers.

La contestation au Soudan, déclenchée le 19 décembre après la décision du gouvernement Béchir de tripler le prix du pain, s'est rapidement transformée en contestation inédite contre le président aujourd'hui déchu et emprisonné, et plus largement du système en place. Elle se doit de transférer le pouvoir à une autorité politique dirigée par des civils, sous peine d'être suspendue par l'organe panafricain.

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat le 30 juin 1989, M. Béchir a dirigé d'une main de fer un pays miné par des rébellions dans plusieurs régions. Et si cet embargo a été levé en 1997, le Soudan demeure sur la liste américaine des "pays soutenant le terrorisme." . Washington avait également annoncé la venue à Khartoum de la responsable du département d'Etat américain chargée de l'Afrique de l'Est, Makila James, "ce week-end", sans préciser qui elle y rencontrerait. Dimanche sur les marchés parallèles, elle a bondi face au billet vert, à 45 SDG pour un dollar contre 72 SDG la semaine dernière.

Share