Extrême-Orient russe : première rencontre entre Kim Jong-un et Poutine

Share

Le dictateur nord-coréen, dont on voit le départ de Pyongyang en grande pompe sur des images de l'agence officielle KCNA, a dit espérer "que cette visite sera couronnée de succès et utile": "J'espère que je pourrai, lors de mes discussions avec le président Poutine, évoquer de manière concrète le règlement de la situation sur la péninsule coréenne et le développement de nos relations bilatérales".

Cette rencontre prévue jeudi à Vladivostok avec le dirigeant russe sera pour M. Kim sa première entrevue avec un chef d'Etat étranger depuis son retour de Hanoï, théâtre en février d'un fiasco diplomatique retentissant avec le président américain Donald Trump.

Le train du dirigeant nord-coréen est arrivé mercredi dans la ville russe de Khassan, frontalière de la Corée du Nord et de la Chine, où des femmes en costume folklorique l'ont accueilli de façon traditionnelle avec du pain et du sel, selon les médias russes.

Le site internet NK News, spécialisé dans la couverture de la Corée du Nord, a diffusé lundi des photos de préparatifs supposés à l'Université fédérale de Vladivostok, où devrait en partie se tenir le sommet. Le président Vladimir Poutine a exprimé depuis longtemps sa disponibilité pour une rencontre avec le leader nord-coréen.

Les relations entre Pyongyang et Moscou remontent à l'ère soviétique: l'URSS a placé le grand-père de Kim Jong Un et fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il Sung, au pouvoir et lui a apporté un soutien crucial durant la Guerre froide.

Les relations furent cependant en dents de scie au cours de cette période, notamment parce que Kim il-Sung excellait dans l'art de jouer sur la rivalité sino-soviétique pour obtenir des concessions de ses deux puissants voisins.

Il a indiqué que les discussions allaient se poursuivre entre l'émissaire spécial pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, et le ministère russe des Affaires étrangères afin de combler d'éventuelles divergences.

Kim Jong-un a rencontré le président chinois Xi Jinping à quatre reprises en l'espace d'un an mais il cherche actuellement un soutien international plus large dans son bras de fer avec Washington, notent les analystes.

Leur rencontre intervient moins de deux mois après le deuxième sommet entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, organisé à Hanoï, et qui s'est achevé sans parvenir à un accord sur le sort de l'arsenal nucléaire nord-coréen.

Les États-Unis cherchent à obtenir de Pyongyang l'abandon de ses armes nucléaires et les Nord-Coréens souhaitent de leur côté la levée des sanctions internationales visant leur pays en raison de leurs programmes atomique et balistique militaires. L'ex-dirigeant nord-coréen était mort trois mois plus tard.

Share