Algérie: l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia risque gros

Share

Il devaient comparaître dimanche pour corruption, mais ils ne sont pas présentés.

ALGER, 20 avril (Reuters) - L'ancien Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia et l'actuel ministre des Finances, Mohamed Loukal, sont cités à comparaître par un tribunal algérien dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de dilapidation de fonds publics, rapporte la télévision d'Etat.

D'après TSA, il s'agit d'une première en Algérie, puisque jamais la justice n'avait convoqué un ministre des Finances en exercice et un ex-premier ministre en Algérie, un mois et demi après son limogeage du gouvernement.

En fin communicateur, le richissime homme d'affaires Issad Rebrab s'était empressé de lever toute équivoque en expliquant qu'il avait été convoqué par la Gendarmerie nationale pour fournir des éléments d'information sur les blocages dont il se dit victime.

L'homme d'affaires Issad Rebrab, considéré comme l'homme le plus riche du pays, a également été déféré devant le procureur de la République du tribunal de Sidi M'hamed.

Samedi soir, la télévision nationale algérienne a annoncé que le pouvoir judiciaire a convoqué Ouyahia et à Loukal, pour être entendus comme accusés de "pour "des affaires de dilapidation des deniers publics et de privilèges indus", sans donner davantage de précisions sur la nature de leur présence en tant que témoins ou accusés". Manifestación delante del Tribunal Sidi M'hamed en #Argel para pedir justicia contra el ex primer ministro Ahmed Ouyahia y el ministro de Economía, Mohamed Loukal, citados ayer por el fiscal.

Share