La sélection officielle — Cannes

Share

Juste après avoir dévoilé son affiche officielle qui est un hommage à Agnès Varda, décédée le 29 mars dernier à l'âge de 90 ans, le Festival de Cannes 2019 a dévoilé sa sélection officielle. Il a également assuré vouloir mettre en avant le " cinéma de genre, même si ce genre est caché, masqué, parfois ressurgissant quand on ne l'attend pas ".

C'est le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu, auteur de The revenant, qui présidera le jury. Et si l'on savait déjà que le long-métrage The Dead don't Die de Jim Church était choisi comme film d'ouverture, on trouve dans cette sélection quelques heureuses surprises. Sont aussi attendus Antonio Banderas et Penelope Cruz pour le film de Pedro Almodovar "Dolor y gloria". Le souci est qu'il a du beau monde en face: Terrence Malick (Palme d'or pour Tree of life) avec Une vie cachée, l'histoire d'un fervent opposant hitlérien, martyre de la guerre béatifié en 2007; Jean-Pierre et Luc Dardenne (Palme d'or pour Rosetta et L'Enfant) avec Le Jeune Ahmed, portrait d'un jeune musulman belge; Ken Loach (Palme d'or pour Le Vent se lève et Moi, Daniel Blake) avec Sorry we missed you, chronique d'un livreur piégé par l'ubérisation.

♦ " Portrait de la jeune fille en feu ", de la réalisatrice Cécile Sciamma, qui raconte l'histoire d'un peintre du XVIIIe chargé de tirer le portrait de mariage une jeune femme, sur une île abandonnée.

♦ " Le Traître ", de Marco Belocchio, sur le premier repenti de la mafia sicilienne.

♦ " Parasite ", du Sud-coréen Bong Joon-ho, dont le film Okja, édité par Netflix, avait été au coeur d'une polémique, le festival refusant de le diffuser. La quatrième femme en lice est l'Autrichienne Jessica Hausner (Amour fou) pour Little Joe, un film sur les transformations génétiques. Il s'en est suivi d'autres rôles dans d'autres films, les uns plus cotés que les autres.

♦ " Bacurau ", de Kleber Mendonça, un film co-réalisé au Brésil.

Le chanteur Elton John sera lui aussi à l'honneur avec la présentation hors compétition de son biopic "Rocketman", réalisé par le Britannique Dexter Fletcher. Quatre femmes en compétition officielle. Seul point noir de ce festival, il va falloir se fader une palme d'or honorifique à Alain Delon qui ferait mieux d'ajouter un bon film à se filmo plutôt que de ressasser une fois de plus son passé.

Share