Gaid Salah supervise un exercice avec munitions réelles — Ouargla

Share

Il reste que si l'application n'est pas suffisante, le chef d'état-major considère que son activation était nécessaire. Et là où il s'avance sur une démarche qui ne faisait pas partie jusque-là de son lexique, c'est lorsqu'il affirme que ladite étape "sera, certainement, suivie par d'autres jusqu'à la réalisation de tous les objectifs escomptés". Ahmed Gaïd Salah a certes, confirmé l'attachement de l'armée à la Constitution, mais contrairement à ses précédentes prises de parole, il n'a cité aucun article de la Loi fondamentale.

Ahmed Gaïd Salah va plus loin et menace le général Toufik.

A l'issue de la cérémonie d'accueil au niveau du Secteur Opérationnel Nord-Est d'In Amenas, Monsieur le Général de Corps d'Armée, accompagné du Général-Major Hassan Alaïmia, Commandant de la 4e Région Militaire, a mis l'accent lors d'une rencontre avec le Commandement et les cadres de la Région, sur la nécessité d'accorder une importance majeure à l'exécution minutieuse et rigoureuse du programme de préparation au combat, notamment dans son volet relatif à l'exécution des exercices démonstratifs avec munitions réelles qui constituent un véritable test permettant l'évaluation sur le terrain du niveau de disponibilité opérationnelle atteint par les unités de la 4e Région Militaire en particulier et les unités de l'Armée Nationale Populaire en général.

La relation entre l'armée et le peuple algérien est encore une fois au centre des propos du chef d'état-major: "La décision de protéger le peuple, avec ses différentes composantes, est une décision irréversible et dont nous ne dévierons point". Dans les mots "sagesse et patience", on peut y mettre l'option d'une transition plus longue qu'attendue, mais également la complexité de la manoeuvre qui consistera à déboulonner tout le personnel du régime finissant. Le mot est dit, à savoir que toutes les attentes du peuple seront satisfaites, et tout viendra en son temps.

"J'ai déjà évoqué lors de mon intervention du 30 mars 2019 les réunions suspectes qui se tiennent dans l'ombre pour conspirer autour des revendications du peuple et afin d'entraver les solutions de l'Armée Nationale Populaire et les propositions de sortie de crise", a déclaré le chef d'État-major de l'ANP. "Nous affirmons que nous comprenons ses revendications légitimes pour lesquelles nous nous sommes engagés à oeuvrer à les concrétiser", dira Ahmed Gaïd Salah Cette précision faite, le chef d'état-major parle au nom de l'institution qu'il dirige et affirme: "De notre part, nous réitérons l'engagement de l'Armée nationale populaire d'accompagner les institutions de l'Etat durant cette transition".

Et cela, enchaîne-t-il, " à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l'Etat, voire provoquer une déclaration de l'état d'exception, ce que nous avons récusé catégoriquement depuis le début des événements, car il est irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération, et ce, au regard des conséquences découlant de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l'indépendance à ce jour, en termes d'acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations ".

Share