Boeing 737 MAX immobilisés, American Airlines annule 115 vols quotidiens

Share

Après sa compatriote Southwest Airlines, la compagnie aérienne American Airlines va annuler environ 115 vols par jour pendant son programme de vols d'été. Pour tester cette mise à jour, l'avionneur a réalisé 96 vols d'une durée totale de 159 heures.

Dans un communiqué, l'entreprise précise que cela représente environ 1,5 % de ses vols quotidiens pendant l'été.

" Sur la base de nos travaux en cours avec la Federal Aviation Administration (FAA) et Boeing, nous sommes sûrs que le B737 Max sera recertifié avant cette date du 19 août", explique encore le PDG.

Un feu vert attendu, sans aucun doute, avec impatience.

American Airlines avait abaissé mardi un de ses indicateurs financiers clés au premier trimestre, en raison du blocage au sol de ses avions Boeing 737 MAX 8, ainsi que du " shutdown " et d'ennuis techniques. Le revenu total par siège disponible rapporté au nombre de miles parcourus (TRASM), indicateur très surveillé par les analystes du secteur aérien, devrait être " stable ou en hausse de 1 % ", avait indiqué la compagnie, qui tablait jusqu'alors sur une croissance de 2 %. Fin mars en effet, Southwest Airlines - qui opère des vols essentiellement dans le ciel américain - a annoncé qu'elle suspendait jusqu'au 5 août l'exploitation de ses Boeing 737 MAX.

L'ensemble de la flotte mondiale des Boeing 737 MAX est cloué au sol depuis le mois de mars après deux accidents mortels survenus à quelques mois d'intervalle seulement: un appareil de la compagnie Lion Air s'est crashé en mer de Java le 29 octobre dernier, faisant 189 morts, tandis qu'un autre appareil d'Ethiopian Airlines a disparu le 10 mars, emportant les 157 passagers et personnels d'équipage présents à son bord. Depuis ce second accident, Boeing a entrepris de réaliser une mise à jour de son système MCAS anti-décrochage, qui a été mis en cause dans les deux crashs.

Pour Boeing, qui a déjà cessé les livraisons du 737 MAX et en a réduit la production, une accumulation de retards pourrait alourdir encore un peu plus l'ardoise des indemnisations des compagnies aériennes, avertit Scott Hamilton.

Share