Seule la France s'oppose aux négociations UE/USA

Share

Pour Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac France, " nul ne devrait se réjouir d'une situation où Emmanuel Macron n'est pas en mesure de bloquer l'ouverture des négociations avec les États-Unis et de protéger nos concitoyens de leurs conséquences sur l'emploi, le climat et, potentiellement l'agriculture; il faut en effet rappeler que les États-Unis n'ont cessé d'affirmer qu'il ne pourrait y avoir un accord commercial avec l'UE qui ne traite pas de l'agriculture; sans minorité de blocage, le contenu et le résultat de ces négociations s'imposeront à nous; ce n'est pas acceptable ".

Lundi 15 avril à Bruxelles, la France sera probablement la seule à voter contre l'ouverture de négociations commerciales entre l'Union européenne et les Etats-Unis.

Les Américains ont cependant répété qu'ils comptaient inclure l'agriculture dans les discussions, un désaccord que les deux parties devront régler. "Le PS refuse la négociation d'un quelconque accord commercial, de quelque portée que ce soit, avec un État qui refuse de ratifier les Accords de Paris sur le climat", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Donald Trump avait mis la pression sur les Européens en menaçant à plusieurs reprises de taxer leurs automobiles si ces négociations n'avançaient pas, des menaces que l'UE espère maintenant voir écartées.

L'idée d'un tel accord fait suite à une visite en juillet dernier du président de la Commission Jean-Claude Juncker à Washington, après l'imposition par Donald Trump de droits de douane punitifs sur l'acier et l'aluminium européen et de premières menaces sur leurs voitures.

L'UE est "un partenaire commercial brutal avec les Etats-Unis, ce qui va changer", a encore twitté mercredi le président américain. Une goutte d'eau dans le commerce UE/Etats-Unis.

"Mais il ne serait pas compréhensible pour la France d'ouvrir ces négociations puisque nous ne sommes pas au niveau des exigences environnementales". Or, " l'un des grands engagements européens du président est de mettre le climat au centre de son action", ajoute-t-elle.

A la demande de la France, une étude d'impact environnementale doit cependant être utilisée lors des négociations pour s'assurer que l'accord avec Washington respectera l'Accord de Paris.

"C'est un enjeu majeur des prochains mois et du choix des élections européennes", a insisté l'Élysée.

Pascal Canfin, n°2 de la liste LREM aux européennes et ex-directeur de WWF France a salué une décision politique forte. Bruxelles a prévenu qu'elle riposterait.

Share