Jean-Marie Le Pen soutient la liste de sa fille — Européennes

Share

"Je soutiens la liste de ma fille qui est conduite par Jordan Bardella, un très jeune homme mais talentueux semble-t-il", a déclaré l'ancien président du Front national (devenu Rassemblement national), qui a présidé près de 40 ans le parti avant de le léguer à Marine Le Pen en 2011, interrogé par l'AFP. Il doit répondre de détention d'armes, retrouvées à son domicile et chez son épouse Jany en 2015, a indiqué son avocat à l'Agence France-Presse, confirmant une information du Parisien. Toujours en 2015, les agents du PNF avaient découvert un pistolet semi-automatique 9 mm en perquisitionnant les bureaux de Jean-Marie Le Pen au manoir de Montretout à Saint-Cloud, dans le cadre d'une enquête pour blanchiment de fraude fiscale. Pour les autres armes, il a affirmé ne pas connaître leur provenance. "Quant au " fusil de chasse ", il fait " partie de l'héritage de Jany Le Pen " dont l'ex-mari, décédé, était chasseur, a poursuivi l'avocat.

Ce jeudi, le tribunal correctionnel de Nanterre dans les Hauts-de-Seine a condamné Jean-Marie Le Pen à 1 500 euros d'amende pour possession d'armes non déclarées. Selon Me Frédéric Joachim, cette arme lui a été offerte par un "haut responsable des services secrets français, il y a plusieurs décennies". Il a ainsi indiqué que c'est une "histoire de cornecul" car au lieu de chercher la véritable cause de l'incendie, les enquêteurs ont "mis plus de zèle à saisir ces armes". Jean-Marie Le Pen lui "ne croit guère" à une "modification de la constitution européenne" et se dit, "s'il le fallait, partisan d'un Frexit". Il avait prévu d'y être mais il doit préparer la prochaine session parlementaire " européenne, a précisé Me Joachim.

L'eurodéputé Jean-Marie Le Pen a refusé de se rendre à une convocation des juges d'instruction enquêtant sur l'affaire des assistants parlementaires au Parlement européen.

Share