Deux associations écrivent à Macron pour empêcher la hausse — Prix de l'électricité

Share

Les constats cinglants de l'Autorité de la concurrence, dont le Gouvernement fait inexplicablement litière, appellent pourtant à rejeter en bloc la hausse prévue du TRV. Et ils jouent la montre, alors que l'exécutif doit se prononcer sur la question avant le 1er juin et qu'Emmanuel Macron s'apprête à donner ses conclusions du grand débat national.

Les tarifs réglementés de l'électricité, gelés par le gouvernement cet hiver en pleine crise des "gilets jaunes", doivent être augmentés de 5,9 % selon une proposition de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

"Si l'avis de la CRE venait à être repris dans un arrêté ministériel, nos deux associations saisiraient le Conseil d'État pour demander son annulation", préviennent l'UFC-Que choisir et CLCV qui anticipent en cas de victoire "un rapide rattrapage tarifaire (.) au bénéfice des consommateurs".

La CLCV et l'UFC-Que Choisir ont demandé à Macron dans une lettre ouverte d'empêcher la possible hausse de 5,9% du tarif réglementé de l'électricité car cela serait comme "tourner le dos aux attentes des Français en termes de pouvoir d'achat et à la logique de dialogue". L'Autorité de la concurrence la conteste elle aussi car elle ne correspond pas à la couverture des coûts de fourniture de l'électricité d'EDF et permettrait en réalité d'augmenter ses prix avec une hausse de 87 % de sa marge.

"La CLCV et l'UFC Que Choisir considèrent que l'exécutif possède des leviers afin de limiter la hausse du tarif réglementé, comme " agir sur l'explosion de la valeur des Certificats d'économie d'énergie (CEE) et sur les coûts commerciaux d'EDF " ou sur " le niveau massif de la fiscalité qui lui est appliquée (près de 40 % de taxes et contributions sur le prix total) ".

Alors que les deux associations menacent de saisir le Conseil d'État si cette hausse est validée, elle entend plus largement demander au gouvernement de faire baisser la facture électrique des ménages français.

Une hausse injustifiée pour les deux associations surtout dans un contexte social pesant. Ce délai se terminant début juin, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a récemment confirmé que cette augmentation aura bien lieu. Pourtant, Antoine Autier, de l'UFC-Que Choisir (voir l'entretien), précise que certains fournisseurs alternatifs ont une partie de leurs tarifs qui sont indexés sur les Tarifs Réglementés de Vente (TRV). Elles dénoncent une augmentation en août de 5,9% des tarifs de l'électricité.

Share