World Press Photo: l'image d'une fillette hondurienne en pleurs primée

Share

Le jury vient de désigner son premier prix, le World Press Photo de l'année, à John Moore, photojournaliste pour l'agence Getty Images. Les juges du prix ont expliqué que ce cliché avait été d'"une violence d'un autre type, une violence psychologique". Les juges ont notamment plébiscité une série de photos prises en octobre 2018 par le photographe Pieter Ten Hoope, qui retrace le parcours de nombreuses familles ayant quitté le Honduras à bord d'une caravane afin de se rendre aux Etats-Unis.

Une image qui avait tellement fait parler que les autorités douanières américaines avaient précisé que Yanela et sa mère ne figuraient pas parmi les migrants séparés de leurs enfants à leur arrivée aux États-Unis. "Néanmoins, le tollé général contre cette pratique controversée a conduit le président Donald Trump à revoir sa politique en juin dernier", ont déclaré les juges du concours.

Selon John Moore, un groupe de personnes ont été interpellées par les polices des frontières au cœur de la vallée du Rio Grande dans la nuit du 12 juin. Voilà ce que représente le cliché primé au World Press Photo.

"Je pouvais voir la peur sur leurs visages, dans leurs yeux", avait confié le photographe à une radio américaine.

Le photographe de 51 ans a pris le cliché quand Sandra Sanchez a posé Yanela au sol, alors qu'elle se faisait fouiller. L'enfant s'est mise à pleurer. "J'ai mis un genou à terre et j'avais très peu de temps avant que cet instant ne soit fini ", a-t-il raconté. "Je pense qu'un sujet comme celui-là, a-t-il poursuivi, les questions d'immigration, trouve un écho au-delà des Etats-Unis, dans le monde entier ". "Des gants portés par l'agent au fait que les lacets aient été défaits", a commenté Whitney C. Johnson, membre du jury, pour qui " idéalement, la photo du World Press Photo de l'année doit être surprenante, unique, pertinente et mémorable ".

Trois photographes de l'AFP ont été récompensés dans différentes catégories.

La photo d'une Etats-Unis et le Mexique.

Share