Les gilets jaunes "contre Macron et son monde"

Share

Acte 16 de la mobilisation des Gilets jaunes à Lille. "Les 'gilets jaunes' envisageaient de venir ici, sur la Grand'Place de Lille, mais ils devront aller plus loin, car la préfecture du Nord a pris un arrêté interdisant toute manifestation dans le cœur de Lille", explique le journaliste Alexandre Le Quéré, en duplex sur place. "Mais " pour ceux qui ne peuvent pas aller à Toulouse ", une marche est aussi prévue dans le centre de Montpellier à 14 heures, sous le mot d'ordre " Nous ne céderons pas à la répression!

Paris et Toulouse sont les principaux points de ralliement de ce 22e samedi de mobilisations.

À Toulouse, la "capitale nationale" proclamée de ce samedi, des milliers de "gilets jaunes" ont manifesté. /Capture d'écran Facebook Deux des figures du mouvement, Maxime Nicolle et Priscilla Ludosky, avaient annoncé il y a quelques jours leur présence dans la ville de Haute-Garonne, et pourraient donc y être présents.

Des renforts sont en particulier attendus de Bordeaux, où les Toulousains étaient allés grossir les rangs le 30 mars, et de Montpellier. Malgré une interdiction d'un périmètre encore "non précisé" à Lyon, une première depuis le début du mouvement, la capitale des Gaules a elle aussi sa page Facebook où 393 personnes se déclarent "participants" et 2.300 intéressées.

Évoquant une "volonté d'en découdre" des mobilisés dans la ville, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner a prévenu vendredi qu'il y aura un dispositif "proportionné". La loi anticasseurs sera dans le collimateur des manifestants. Une cinquantaine d'organisations ont en effet signé un appel pour l'abrogation de ce nouveau texte. Le premier cortège parisien rejoindra en début d'après-midi Place de la République la marche pour "la liberté de manifester", organisée par plusieurs associations (dont LDH, Amnesty, Attac, Unef, SOS Racisme.).

Hormis une violente altercation entre un gilet jaune et un policier en civil, à Crozon (29), le dernier week-end a été relativement calme dans la région, marqué par la tentative ratée de blocage de la Scarmor, au Relecq-Kerhuon (29), et des défilés peu fournis à Brest, Hennebont (56) et Saint-Malo.

Concernant les cortèges, une première manifestation devrait avoir lieu à partir de 11 heures place du Maréchal Juin, dans le 17e arrondissement. "C'est le rituel du samedi", a-t-il déploré. À Morlaix, un barbecue sera organisé sur le rond-point du magasin Décathlon.

Le ministre de l'Intérieur a, lui, insisté sur la mise en vigueur dès le 13 avril du nouveau cadre législatif, indiquant avoir envoyé "une circulaire [le 12 avril] à l'ensemble des préfets pour les inviter à préparer la bonne utilisation de ces dispositifs, à travailler avec les procureurs, les parquets". "Désormais, se dissimuler le visage volontairement sera passible d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende au maximum", conclut Alexandre Le Quéré.

Share