Kim Jong-un favorable à un 3e sommet avec Trump

Share

Kim n'a nullement mentionné les armes nucléaires, ni critiqué M. Trump, selon KCNA.

Le premier sommet historique, en juin à Singapour, entre le leader nord-coréen et le président américain s'était achevé sur une déclaration commune évoquant la "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", formulation vague permettant aux deux parties d'en faire des interprétations très différentes.

M. Kim a procédé " à une analyse profonde de la situation dans l'attente de solution urgentes au sein du parti et de l'Etat", a poursuivi l'agence. La réunion hier du Comité central "décidera des orientations nouvelles et des façons de lutter conformément aux besoins de la situation révolutionnaire actuelle".

"Si les Etats-Unis proposent de tenir un troisième sommet avec une bonne attitude et une bonne méthode, nous avons la volonté de le faire une fois de plus", a déclaré le dirigeant nord-coréen, ajoutant qu'il n'hésitera pas à signer un accord "s'il est rédigé d'une manière qui réponde aux intérêts de la République populaire démocratique de Corée et des États-Unis, et qui soit juste et mutuellement acceptable".

Les négociations sont au point mort depuis l'échec du sommet de Hanoï, imputé par Donald Trump aux exigences de Kim Jong-un qui, selon le président américain, réclamait une levée immédiate de toutes les sanctions visant la Corée du Nord du fait de ses activités nucléaires et balistiques. C'est pour tenter de les relancer que le président sud-coréen était à la Maison Blanche jeudi.

" S'il est remplacé par quelqu'un de plus flexible et d'esprit plus pratique, cela serait un feu vert, mais s'il reste, les pourparlers de dénucléarisation ne seront pas faciles ".

Kim a exhorté mercredi la direction du Parti des travailleurs au pouvoir à travailler encore plus vers "l'autosuffisance" pour contrecarrer l'effet des sanctions infligées à Pyongyang par l'ONU du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits.

Quel avenir pour le processus?
.

"Kim Jong Un veut changer l'image de la Corée du Nord sur la scène internationale, en faire un pays socialiste +normal+", dit-il à l'AFP. Mais les Etats-Unis avaient considéré que Pyongyang exigeait de fait la disparition des principales sanctions sans proposer grand chose de précis en retour. "Certains tentent de rayer des nations entières de la surface de la Terre quand d'autres coopèrent avec nous pour préserver la sécurité des Américains", a-t-il plaidé. M. Trump a répété à maintes reprises qu'il avait de bonnes relations avec le Nord-Coréen, se vantant d'avoir bloqué de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

Les tracts dénonceront la dynastie Kim, au pouvoir depuis trois générations, et l'assassinat de Kim Jong-nam, le demi-frère de l'actuel dirigeant.

Share