Le "djihadiste breton" Gilles le Guen est libre

Share

Gilles Le Guen, ancien djihadiste breton, membre d'Al Qaïda au Maghreb Islamique, a été libéré le lundi 25 février 2019. Il était emprisonné à Condé-sur-Sarthe (Orne).

Cet ancien capitaine dans la marine marchande avait également mis en garde dans cette même vidéo, " les présidents français, américain " et l'ONU contre une intervention militaire au Mali en préparation contre les groupes islamistes armés qui contrôlaient alors le nord du pays.

Il avait été condamné à huit ans de prison (en 2015) pour avoir combattu dans les rangs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi): on apprend que Gilles Le Guen est sorti de prison en février. "Présenté par les surveillants et des responsables de l'administration pénitentiaire comme un détenu "calme et sans problèmes", précise le média, il est désormais sous contrôle judiciaire et doit se présenter une fois par jour au commissariat de la commune où il est domicilié. Il résiderait désormais dans la Manche. Il avait été condamné à une peine de huit ans de prison ferme pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" par le tribunal correctionnel de Paris mais il a bénéficié de remises de peine. Converti à l'islam avant ses 30 ans, Gilles Le Guen, de son nom de guerre Abdel Jelil, avait reconnu lors de son procès s'être "investi" auprès d'AQMI pendant seulement deux mois. Il aurait ensuite voulu s'en éloigner après s'être rendu compte que l'organisation "n'avait rien à proposer au peuple".

Présenté par le ministre de la Défense de l'époque Jean-Yves Le Drian comme "un paumé qui devient terroriste", Le Guen a toujours juré aux enquêteurs ne pas avoir de sang sur les mains.

Share