George Clooney appelle à "démanteler" le "système" — Soudan

Share

Le président soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies, a été destitué par l'armée, au terme d'un mouvement de contestation populaire, a annoncé jeudi le ministre de la Défense, Awad Ahmed Benawf. Le même ministre a par ailleurs annoncé un "conseil militaire de transition" pour deux ans.

Si les meneurs de la contestation ont obtenu le départ d'Omar el-Béchir - l'idée d'un "conseil militaire" pour gérer une longue transition - deux ans - est rejetée.

L'espace aérien a été fermé pour 24 heures et les frontières terrestres jusqu'à nouvel ordre, a-t-il dit.

Mercredi, les organisateurs de la contestation ont indiqué avoir reçu "plusieurs membres et des dirigeants" du groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide qui souhaitent rejoindre le mouvement.

Selon CNN, le président a été assigné à résidence et sa garde personnelle arrêtée. Elle prend de l'ampleur selon plusieurs sources sur le terrain.

Une foule déterminée de Soudanais défiait le régime depuis six jours consécutifs devant le QG de l'armée, dont les intentions, tout comme celles de la police, restaient, jusqu'à ce matin, incertaines dans le rapport de force entre pouvoir et manifestants. "Attendez-la", a dit un présentateur sur la télévision d'Etat jeudi matin.

La TV nationale a interrompu jeudi à l'aube ses programmes pour faire état d'une "importante annonce des forces armées sous peu".

Cette décision tombe après quatre mois de manifestation contre le régime Soudanais.

Les forces de sécurité, composées par des éléments du Service national de renseignement et de sécurité (NISS) et la police antiémeutes, ont effectué ce mardi des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser les milliers de manifestants qui sont rassemblés près du QG de l'armée, ont rapporté des sources locales.

Sélectionné pour vous: Urgent - Soudan: Le Président Omar El Béchir démissionne de force!

" Mais nous savons que Béchir doit partir".

Le centre de la capitale, au sud du QG, a au gré de la matinée été envahi par une foule joyeuse immense. Omar el-Béchir aurait démissionné. Des femmes rassemblées devant ce site avaient lancé des youyous et scandé des slogans anti-Béchir.

L'armée est déployée dans de nombreuses rues de la capitale, ainsi que des membres du groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide.

A Kassala (est), le refus d'officiers de relâcher des prisonniers détenus là-bas a suscité un raid des manifestants dans les locaux du NISS, selon un témoin. Mais mercredi soir ce rassemblement a été reporté à une date non précisée.

Nous appelons notre peuple à se contrôler et à ne pas attaquer quiconque ou les biens gouvernementaux et privés.

Share