Disney+: abonnement à 6,99$, lancement en novembre et grandes ambitions

Share

La faute au prix de l'abonnement, très bas, mais nécessaire selon ses créateurs pour concurrencer toutes les autres plateformes de streaming déjà existantes. Géant du divertissement s'il en est, plus gargantuesque encore depuis l'absorption récemment bouclée de FOX (donc des méga-franchises X-Men, Avatar, Alien ou La Planète des singes pour n'en citer qu'une riche poignée), Disney a annoncé le 11 avril quelques très attendus détails sur sa plateforme de SVOD, Disney+.

Le marché du streaming - dominé par Netflix et ses 140 millions d'abonnés - est le passage désormais incontournable pour les groupes de médias et technologiques. Son accès sera ensuite progressivement étendu à l'Europe de l'ouest puis au reste du monde. Comme annoncé par le PDG du groupe, Disney + est donc moins cher que son concurrent Netflix, dont l'abonnement le moins cher coûte 8,99 dollars, pour 15,99 dollars pour le tarif Premium.

"Disney" sera lancée le 12 novembre aux Etats-Unis, au prix de 6,99 dollars par mois, un prix "que nous avons voulu accessible" aux plus de consommateurs possible, a commenté jeudi Bob Iger, patron de la World Disney Company, en présentant cette nouvelle offre aux investisseurs.

La sortie, au cours de la première année, de 25 séries originales et 10 films.

Captain Marvel sera disponible pour le lancement. Outre ses productions Disney, elle peut donc compter sur Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic. La firme proposera 7500 épisodes de séries et 500 films dont une centaine d'oeuvres récentes le jour du lancement. L'intégralité de la série animée Les Simpsons (30 saisons) sera aussi disponible en exclusivité.

Les fans de Star Wars en auront bien entendu pour leur argent puisqu'ils auront droit à deux séries inédites, à savoir The Mandalorian et un second show consacré à la vie de Cassian Andor... avec en plus la septième saison de la série d'animation Star Wars The Clone Wars. La directrice financière Christine McCarthy a ajouté qu'elle n'anticipait pas de bénéfices avant environ 5 ans.

"Amazon est aussi présent via Prime Video et Apple vient d'annoncer sa propre plateforme, Apple TV", prévue pour cette année mais sans donner de date précise ni de prix.

Pour autant, "je pense vraiment que Disney ne sera pas une menace pour Netflix", estime John Meyer, de la société d'investissements Transpire Ventures, qui note que "Netflix sait mieux que quiconque ce que veulent" les consommateurs.

Le catalogue Disney + a de quoi lui aussi susciter l'intérêt des spectateurs.

"Disney a déjà lancé une plateforme de streaming, ESPN", dérivée de sa chaîne sportive ESPN.

Share