Des milliers d'employés d'Amazon écoutent des conversations — Alexa

Share

Si l'entreprise ne mentionne aucunement que des humains écoutent ces conversations, ses salariés sont apparemment indispensables à l'amélioration d'Alexa. Il analyse jusqu'à 1000 clips audio par jour pour transcrire et annoter leur contenu. Le but de ces écoutes serait de perfectionner les capacités de compréhension d'Alexa. Les équipes partagent parfois des extraits sur leur messagerie interne... Deux employés basés en Roumanie auraient ainsi entendu une possible agression sexuelle. Leur hiérarchie alertée, ils se sont vu répondre officiellement qu'Amazon ne souhaitait pas réagir à ces situations. Pourtant le géant affirme que "des procédures ont été mises en place" pour ce genre de situation.

"Nous prenons la sécurité et la confidentialité de nos clients très au sérieux". Les employés n'ont pas accès à de l'information permettant d'identifier la personne ou le compte [associé à l'enregistrement] dans le cadre de leur travail.

Si Amazon assure que "toutes les informations sont traitées avec la plus grande confidentialité", il est logique que cette information interpelle les utilisateurs d'Alexa.

Pour Amazon, le but affirmé est d'améliorer les algorithmes de reconnaissance vocale de l'assistant connecté.

Amazon précise sur son site que les conversations des utilisateurs avec Alexa peuvent servir pour " former les systèmes de reconnaissance de la parole et de la compréhension du langage naturel ".

L'universitaire américain Florian Shaub, également interrogé par Bloomberg , émet des réserves: " On ne pense pas forcément qu'il y a un être humain qui écoute ce qu'on dit à son assistant personnel numérique dans l'intimité de son foyer ". "Si selon l'expert, le propriétaire de l'enceinte en question "a la possibilité de désactiver cette option enregistrement dans les paramètres vie privée de son application, cela soulève la question de la confiance que l'on peut réellement accorder à l'éditeur de cet assistant vocal ".

Véritable succès outre-Atlantique, les enceintes connectées Amazon Echo ont récemment fait leur arrivée en France. Problème, ils entendent aussi parfois des échanges privés, voire dérangeants, ainsi que des enregistrements qui n'ont pas été déclenchés par le mot d'activation "Alexa ".

Amazon a toutefois reconnu auprès de Bloomberg qu'elle fait appel à des équipes pour améliorer Alexa en écoutant des enregistrements.

Les autres assistants vocaux tels que Google Home et Siri de la firme Apple procèdent eux aussi à des interventions humaines. Pour Siri d'Apple, les enregistrements passés en revue ne contiennent pas d'informations personnelles.

Share