Un Français condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes — Israël

Share

Il est accusé d'avoir mis à profit la relative protection que lui conféraient ses fonctions pour transporter dans un véhicule du consulat en plusieurs voyages des dizaines de pistolets entre Gaza et la Cisjordanie.

Romain Franck, arrivé le visage recouvert de la capuche de son sweat-shirt qu'il a retirée à l'entrée du juge, a accueilli en silence la peine prononcée en hébreu et traduite à son attention par un interprète.

Selon la sécurité intérieure israélienne, Romain Franck recevait les armes d'un employé du Centre culturel français à Gaza et les sortait de l'enclave dans le véhicule du consulat général.

La cour lui a reproché d'avoir "cyniquement abusé" de sa position.

Faut-il le relever, les deux territoires palestiniens sont distants de quelques dizaines de kilomètres à travers Israël.

Depuis plus d'une décennie, la Bande de Gaza est soumise à un blocus israélien rigoureux, sachant que la Cisjordanie est occupée par les Israéliens depuis plus de 50 ans.

La justice israélienne a condamné lundi un Français à sept ans de prison ferme pour avoir transporté des armes en contrebande à bord d'un véhicule diplomatique français, pour le compte de trafiquants palestiniens.

Romain Franck a été arrêté en février 2018 et son procès a commencé le mois suivant devant le tribunal du district de Beer Sheva, dans le sud d'Israël.

Le consulat général de Jérusalem n'a pas seulement une tâche consulaire, mais assure aussi une mission diplomatique auprès de l'Autorité palestinienne, embryon d'Etat palestinien indépendant. Dans son jugement, le tribunal n'évoque plus que 29 pistolets.

Les autorités israéliennes et françaises avaient fait valoir que le jeune Français avait agi de lui-même et que cela ne nuirait pas aux relations franco-israéliennes.

Lors d'une audience en novembre, l'avocat de Romain Franck, Kenneth Mann, avait déclaré que son client n'avait "aucune idéologie, ni implication politique dans le conflit israélo-palestinien".

Share