Trump menace l'UE de nouvelles taxes en raison des aides à Airbus

Share

Le communiqué américain intervient dans un climat de tensions commerciales récurrentes entre l'Union européenne et les Etats-Unis, qui utilisent les droits de douane punitifs comme arme de négociation.

Jugeant que ces aides pèsent chaque année l'équivalent de 11 milliards de dollars dans la balance commerciale du pays, le département du Commerce (USTR) a identifié une série de " produits de l'UE auxquels des droits additionnels pourraient être appliqués jusqu'à ce que l'UE supprime ces subventions ".

Boeing s'est félicité de l'annonce de l'USTR.

Donald Trump hausse le ton.

Selon le communiqué de l'USTR, les aides à Airbus ont contribué à faire perdre à Boeing "plus de 300" appareils et des parts de marché dans le monde entier.

"L'OMC a conclu plusieurs fois que les aides de l'Union européenne avaient causé des torts aux Etats-Unis", écrivent les services de l'USTR, pour qui les Européens ne se sont pas conformés à ces décisions.

A cet effet, l'USTR a publié une liste de 14 pages contenant notamment des produits du secteur aéronautique, comme des hélicoptères et avions civils et certaines pièces, mais aussi des produits alimentaires (fromages, vins, saumon, fruits), des vêtements ou encore des motos.

"A l'opposé, Boeing n'a pas démontré la moindre volonté de se conformer à la décision de l'OMC du 28 mars 2019 au sujet des subventions massives reçues par [le groupe américain] qui sont clairement en contraventions avec les règles de l'OMC", a accusé Airbus dans cette déclaration. Boeing ajoute qu'il "a toujours soutenu le respect par les États-Unis des décisions de l'OMC et qu'il est temps que l'UE suive cet exemple et cesse tout soutien gouvernemental illégal pour Airbus".

L'été dernier, l'UE a obtenu la mise en place à l'OMC d'un panel d'experts pour arbitrer ce conflit sur les aides à Airbus contestées par les Etats-Unis. Ce conflit commercial, dont l'enjeu porte sur des milliards de dollars, est le plus long et le plus complexe jamais traité par l'OMC.

Dès le 9 avril, des sources à la Commission européenne citées par l'agence américaine Reuters auraient déclarées: que le niveau des contre-mesures proposées par les Etats-Unis était "très exagéré", et que seul un arbitrage de l'OMC était fondé juridiquement à imposer des sanctions.

Dans le dossier concernant les aides à Boeing cette fois, l'OMC a confirmé fin mars que les Etats-Unis ne s'étaient pas pleinement conformés à sa décision de 2012 leur intimant de mettre fin aux aides illégales versées au géant de Chicago. Ça va bientôt s'arrêter!

Donald Trump menace dans ce cadre de taxer lourdement l'industrie automobile européenne.

Boeing est actuellement en pleine tourmente en raison de la mise en cause de la sécurité de son nouveau modèle de moyen-courrier 737 MAX, après deux accidents mortels en quelques mois en mer de Java (Indonésie) et en Ethiopie.

Share