Quand Cyril Hanouna fait censurer un article du "Parisien"

Share

Dans un communiqué interne évoquant des "pressions", la société des journalistes (SDJ) du journal "dénonce avec la plus grande fermeté ce qui s'apparente à une atteinte inacceptable à notre indépendance éditoriale". Les syndicats du journal affirment que l'animateur de C8 a envoyé un SMS à la rédactrice en chef adjointe du service Spectacles/Loisirs afin de faire "dérubriquer du web et déprogrammer de sa publication dominicale " l'article en question. "Plus ça va et plus Hanouna est gonflé d'arrogance".

Sous couvert d'anonymat, certains d'entre eux racontent ainsi comment ils n'en dorment plus la nuit, craignant que l'animateur star ne s'immisce encore davantage dans la gestion de C8. La question se pose depuis le week-end dernier, après que dans une série de tweets, Cyril Hanouna s'en soit pris nommément à un journaliste du quotidien. "Le succès lui est monté à la tête et nous, ça va nous retomber dessus", témoigne ainsi, anonymement, un membre du personnel de C8 auprès de Libération. "Le principe du contradictoire est respecté et l'article ne semble pas particulièrement malveillant ", dit-il à Libération.

Cyril Hanouna, le présentateur de Touche Pas Mon Poste, a-t-il fait pression sur la rédaction du Parisien?

Mais voilà que l'article, prévu pour le journal papier du dimanche 7 avril - dans les traditionnelles doubles pages médias - et validé en amont par plusieurs strates hiérarchiques, n'est pourtant pas publié le jour-J.

Lors de la sortie en ligne de l'article concerné, Cyril Hanouna s'était fendu d'un twet pour dénigrer le papier et son auteur auprès de son armée de "fanzouzes ".

En lieu et place de l'article, Le Parisien dimanche a oublié un article consacré à la chaîne RMC Découverte. Un sujet que l'édition du dimanche du Parisien a décidé de retirer au dernier moment de sa version papier. Les syndicats déplorent par ailleurs que leur journaliste ne soit pas soutenu par sa hiérarchie.

"C'est un choix d'ordre professionnel et non de la censure", se défend la rédactrice en chef adjointe, Maguelone Bonnaud, qui a reconnu avoir été sollicitée par Cyril Hanouna. "Je trouvais que l'article [.] n'était pas construit sur des faits". Pour moi, il n'avait pas sa place dans leParisien. Je suis contre le fait de se payer Hanouna gratuitement.

La veille, selon les syndicats du Parisien, l'animateur de C8 a envoyé un SMS menaçant à la rédaction en chef du quotidien francilien. "Mais des articles non complaisants à son égard, quand ils étaient étayés, on en a publié plein." . "Dans son message, Cyril Hanouna menace de ne plus " rien faire avec Le Parisien " et de " prévenir la famille propriétaire du canard " qui a toujours été cool avec lui ", expliquent les syndicats dans un communiqué publié ce lundi. "Des personnalités qui appellent un journaliste pour dire qu'après cela plus rien ne sera comme avant, c'est très classique, appuie Stéphane Albouy, directeur de la rédaction du Parisien". A l'heure où nous écrivons ces lignes, cet article est bien consultable. "Cela aurait été un problème s'il avait été dépublié". Une émission de télévision, diffusée le 21 décembre sur la chaîne du groupe Canal+ et dont Maguelone Bonnaud avait la codirection éditoriale au Parisien.

Share