Patrick Montel s'excuse mais pourrait être écarté de l'antenne dimanche — Dopage

Share

Dans un Facebook live remarqué dans lequel il réagissait à l'affaire touchant la marathonienne française Clémence Calvin, Patrick Montel a suscité la polémique ce week-end pour ses propos sur les athlètes dopés. (...) L'athlète, qui est doué au départ, va se retrouver dans ce circuit infernal et va être amené à se doper. Elle "se réserve la possibilité d'adapter en conséquence l'équipe de journalistes qui sera mobilisée à l'occasion du marathon de Paris". "Et les autres vont se faire choper ". Dans cette séquence de plusieurs minutes diffusée le 6 avril dernier, qu'il a ensuite retirée, le commentateur sportif de 66 ans et rédacteur en chef adjoint à France Télévisions a exprimé son désarroi, tout en rappelant son amour profond pour les sportifs. Pour finir, vous profitez de votre notoriété pour balancer des infos sur lesquels vous n'avez aucune connaissance...

"Hors de lui", le recordman du monde du décathlon, le Montpelliérain Kevin Mayer, lui a répondu vertement sur Twitter, soutenu par le champion de biathlon, le catalan Martin Fourcade. "Vous discréditez une grande partie des athlètes qui s'acharne tous les jours pour s'exprimer et inspirer des millions de personnes!". Les athlètes le tolèrent car ils n'ont pas le choix ", a ajouté sur Twitter l'ex-athlète Maryse Éwanjé-Épée, commentatrice pour le média concurrent RMC, au sujet du commentateur sportif, tout en saluant la " passion indéniable " de Patrick Montel.

"Ces propos sortant de la bouche d'un commentateur sportif spécialisé dans l'athlétisme".

Confronté à ces critiques, le journaliste qui officie sur France TV a rectifié le tir ce lundi matin, lui aussi sur les réseaux sociaux: "Je voudrais m'excuser auprès de Kevin Mayer et tous ceux qui s'entraînent dur et proprement". Faire du dopage une généralité chez les athlètes de haut niveau... Le dopage est un raccourci pour les flemmards qui n'ont aucune conscience. En aucune manière je conteste l'éventail des justes sanctions.

Share