Le Conseil français du culte musulman porte plainte — Vidéo de Christchurch

Share

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé aujourd'hui qu'il portait plainte contre Facebook France et Youtube France pour avoir diffusé la vidéo du massacre de 50 fidèles par un extrémiste australien à Christchurch, en Nouvelle Zélande. Les victimes de l'assaillant, un suprémaciste blanc convaincu que les musulmans " envahissent " les pays occidentaux, étaient toutes musulmanes.

Le CFCM, association indépendante ayant pour vocation de représenter les musulmans de France, porte plainte pour "diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d'être vu ou perçu par un mineur", selon la plainte envoyée lundi au procureur de la République de Paris, dont une copie a été transmise à l'AFP. Avant qu'elle ne soit supprimée par Facebook, la vidéo a été partagée des millions de fois sur la toile. Le CFCM fustige ces 29 minutes " durant lesquelles des mineurs ont eu accès à ce film, et notamment des mineurs de confession musulmane", " profondément traumatisés par ce film", fait-il valoir. De nombreux fidèles musulmans sont tombés sous les balles du tireur fou. Mais les images ont ensuite été diffusées en intégralité ou par extraits sur de nombreux sites, dont YouTube, Twitter et Instagram.

Dans la plainte citée, il est noté l'affaire de l'assassinat, en date du 15 mars 2019, de cinquante hommes, femmes et enfants à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, diffusé en temps réel sur Facebook.

Selon le représentant du CFCM, "ces réseaux sociaux engagent leurs responsabilités pénales en raison de la gravité du crime et des conséquences psychologiques chez les plus jeunes", appelant le ministère public à "une égalité de traitement" devant la loi. "Nous avons pris de nombreuses mesures pour faire disparaître cette vidéo de notre plateforme, nous coopérons avec les autorités et nos équipes restent totalement mobilisées", a ajouté le groupe.

Share