Une roquette frappe au nord de Tel-Aviv, cinq blessés — Israël

Share

Selon un communiqué, des Palestiniens ont lancé des engins explosifs sur la barrière de sécurité entre le territoire israélien et la bande de Gaza: l'un de ces engins a provoqué le déclenchement du système d'alarme dans le sud d'Israël tard samedi. Mishmeret est situé à plus de 80 km de la bande de Gaza, une distance rarement atteinte par les roquettes palestiniennes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé lundi qu'il allait raccourcir sa visite aux États-Unis et a promis de riposter "avec force" à un tir de roquette en provenance de la bande de Gaza qui a fait cinq blessés en Israël. L'armée israélienne répondant systématiquement à ce genre d'attaque, ce nouveau tir de roquette lundi devrait attiser les tensions déjà vives avec les Palestiniens.

M. Netanyahu est par ailleurs en campagne électorale pour conserver son poste à l'issue des législatives prévues le 9 avril. Aucun blessé n'avait été rapporté.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres dans la bande de Gaza depuis que le mouvement islamiste, qui refuse d'admettre l'existence d'Israël, y a pris le pouvoir par la force en 2007 après que la communauté internationale eut refusé de reconnaître sa victoire choc aux élections parlementaires palestiniennes.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se trouve actuellement à Washington, où il doit rencontrer Donald Trump lundi et mardi.

"J'ai décidé, au vu des évènements sécuritaires, d'écourter ma visite aux Etats-Unis".

M. Netanyahu a indiqué qu'il rentrerait en Israël aussitôt après avoir rencontré le président américain Donald Trump.

Cependant, Israël a assuré que le coupable était bien le Hamas mais la presse israélienne avait indiqué que les roquettes de type Fajr pourraient être parties malencontreusement en direction de Tel-Aviv lors d'une intervention de maintenance.

Le tir de cette roquette lundi survient après que deux roquettes ont été tirées vers la région de Tel-Aviv à partir de la bande de Gaza le 14 mars. Depuis mars 2018, au moins 258 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens.

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a appelé à une large mobilisation le 30 mars pour marquer le premier anniversaire du mouvement de contestation, contre le blocus israélien et pour le droit des Palestiniens à retourner sur les terres qu'ils occupaient avant la création d'Israël en 1948.

Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

Share