La manifestation des forains dégénère, des violences urbaines en cours — Le Mans

Share

Le maire du Mans Stéphane Le Foll s' est exprimé ce lundi matin par communiqué: "Ce matin les forains s'affrontent aux forces de l'ordre, ils ont basculé dans une violence insurrectionnelle inacceptable".

Le bras de fer se poursuivait lundi au Mans où de vives tensions opposaient lundi forces de l'ordre et forains qui réclament de pouvoir continuer à travailler dans le centre-ville et accusent la municipalité de "discrimination".

Les manifestants, qui protestent depuis une semaine contre le refus de la municipalité d'autoriser la tenue d'une fête foraine dans le centre-ville, ont investi le centre du Mans avec de nombreux camions, bloqué les ronds-points, l'autoroute et la gare, écrit le quotidien Ouest France sur son site internet.

Un manifestant a été placé en garde à vue et devait être remis en liberté dans la soirée de lundi, selon le procureur du Mans Fabrice Bélargent, qui a précisé à l'AFP qu'il serait jugé "en juillet pour des faits de rébellion en réunion". Casqués, masqués, cagoulés, les manifestants étaient venus munis de battes de baseball et de masques à gaz. La situation a rapidement dégénéré en échauffourées, les forces de l'ordre faisant usage de tirs de lacrymogènes et de grenades de désencerclement pour disperser les manifestants. "Nos forces ont fait face, avec sang-froid, à des attaques d'une violence inouïe". "Si on enlève votre salaire du jour au lendemain, vous ne seriez pas content", a souligné M. Bruch.

" On veut régler l'avenir de la fête foraine pour signer un compromis, on est prêts à renégocier", a assuré ce forain". Soutien aux policiers et gendarmes mobilisés.

"Les syndicalistes du Cidunati (syndicat des forains, NdlR) ont perdu la raison".

"Il n'y a plus aucun respect des institutions ni des personnes".

Au terme d'une demi-heure de bataille rangée avec les gendarmes, la place de la mairie baignait dans une épaisse fumée noire et un nuage de lacrymogène. "L'état de droit est directement mis en cause par les syndicalistes", a réagi le maire qui "demande à l'Etat d'assurer la protection de la mairie".

A la périphérie, la circulation des véhicules, bloquée sur l'A11 a pu rouvrir partiellement, ont indiqué la préfecture et le groupe Vinci. Vendredi, les forains étaient entrés dans la gare du Mans et avaient bloqué les voies et neutralisé le trafic ferroviaire, TER et TGV durant environ une heure. "Nous ne pouvons pas tolérer de telles violences", a-t-il souligné. "Ils ont toute ma confiance", s'est pour sa part indigné le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner, sur Twitter. Des panneaux clamaient "c'est la fête" avec la photo d'un manège ou "je ne veux pas perdre ma vie à la gagner".

Share