Brigitte Bardot s'excuse après avoir insulté les habitants de La Réunion

Share

Elle avoue qu'elle "n'aurait pas dû fustiger l'ensemble de la population en blessant ceux qui ne blessent pas les animaux".

"On sanctionne violemment mes mots et non les actes qui les ont provoqués", estime néanmoins Brigitte Bardot, considérant que la polémique liée à ses propos "fera peut-être réagir ceux qui sont responsables et ne font rien pour améliorer les choses". Du préfet du département, qui avait saisi le procureur, à la ministre des Outre-mer, nombre de représentants de l'Etat et citoyens lambda s'étaient offusqués de ce "racisme ordinaire " dont l'ex-icone a déjà fait preuve, notamment à l'encontre des musulmans.

"Population dégénérée", "traditions barbares", "île démoniaque".

L'ancien mannequin évoque "une révolte qui couve depuis 24 ans" face aux mauvais traitements infligés aux animaux sur l'île.

L'ancienne actrice avait qualifié les Réunionnais "d'autochtones ayant gardé leurs gènes de sauvages" en dénonçant "la barbarie" qu'ils exerceraient sur les animaux, se fondant sur des lettres reçues par sa Fondation.

"Depuis 24 ans, le tragique sort des chiens et chats, leurs tortures, leurs proliférations sauvages (.) et surtout leur abject sort d'appâts vivants avec hameçons mutilant leurs bouches ensanglantées pour la pêche aux requins", ajoute Brigitte Bardot dans son communiqué. La pratique, interdite, a pu exister par le passé mais n'a été révélée qu'à deux reprises, en 1998 et quelques années plus tard, et suivie de condamnations.

Sur Twitter, la sénatrice UDI de la Réunion Nassimah Dindar avait aussitôt réagi: "Mme Brigitte Bardot, la maltraitance animale est inadmissible, l'outrance et l'injure tout autant!"

Share