Macron souhaite une "transition d'une durée raisonnable" en Algérie

Share

"Le voyage d'Emmanuel Macron représente un moment fort pour la relance du partenariat stratégique entre nos deux nations amies, unies par le souvenir du sang mêlé lors des conflits mondiaux et par des liens historiques, économiques et culturels profonds", a souligné pour sa part l'ambassadeur djiboutien à Paris, Ayeid Mousseid Yahya, cité par l'Agence djiboutienne d'information (ADI).

Un contrat commercial a par ailleurs été attribué à l'entreprise française Matière pour la construction de 210 ponts pour les routes rurales kenyanes.

"Nous sommes tous ravis" de la visite d'Emmanuel Macron et "l'attendons avec impatience", a fait savoir la présidente de l'Éthiopie Sahle-Work Zewde, invitée dimanche de l'émission "Internationales" sur la chaîne TV5 Monde. Ce serait, sans doute, l'occasion pour les autorités françaises de se racheter; elles qui avaient contesté la victoire de Tshisékédi fils au motif qu'elle ne reflétait pas la réalité des urnes ... avant de se raviser.

Depuis son indépendance il y a 56 ans, le Kenya n'a jamais reçu en visite officielle un chef d'Etat français.

L'enjeu pour la France est de conserver son influence dans un pays qui suscite les convoitises des grandes puissances, notamment de la Chine, qui y a ouvert en 2017 sa première base à l'étranger.

"Les Chinois sont très offensifs en terme de financement mais ce sont des pays (le Kenya, l'Ethiopie, etc.) qui se rendent compte de la limite de l'exécution chinoise à la fois dans la qualité de ce qui peut être fait et dans le calendrier et surtout de la nécessité de se diversifier, de ne pas avoir qu'un seul partenaire économique", a ajouté cette source.

Après Djibouti, le président français devra se rendre, du 12 au 14 mars, en Éthiopie et au Kenya.

Dans ce pays, l'arrivée au pouvoir d'un Premier Ministre réformateur, Abiy Ahmed y a notamment contribuer à considérablement améliorer le climat des affaires et à attirer les investisseurs. En Éthiopie, c'est sur ce site de la Jérusalem des chrétiens orthodoxes, menacée par les intempéries, que devrait ouvrir bientôt un chantier de préservation avec des spécialistes français.

Au programme de cette visite, un entretien bilatéral avec le chef de l'Etat Uhuru Kenyatta, puis la tenue, demain jeudi, d'une nouvelle édition du " One planet summit " avant un échange entre Emmanuel Macron et des étudiants à l'université de Nairobi.

Share