Le robot-voiturier Stan veut révolutionner le parking — Aéroport de Lyon

Share

L'aéroport de Lyon-Saint Exupery vient d'embaucher quatre nouveaux employés au profil atypique.

Néanmoins, tous les véhicules ne sont pas compatibles. Les voitures très longues comme les breaks, très hautes comme les SUV avec un coffre de toit, avec une faible hauteur sous caisse, dont les diamètres de roue sont supérieurs à 21 pouces ou dont le poids est supérieur à 2,6 tonnes ne pourront pas bénéficier du service. Elle lui fait gagner du temps, lors du dépôt comme du retrait de son véhicule. Cependant, les voitures sont garées dans un espace clôturé et fermé au public, ce qui réduit le risque d'accrochages dus au facteur humain. Enfin, en cas d'oublie de quelque chose dans son véhicule, il reste accessible 15 minutes après la fermeture du box. Le P5 classique est aujourd'hui proposé à partir de 19 euros, avec des offres dégressives.

"Nous avons pensé l'expérience pour qu'elle soit la plus simple et la plus agréable pour ses utilisateurs", a exposé devant la presse Clément Boussard, fondateur de Stanley Robotics, une start-up parisienne qui avait déjà testé en 2017 un système similaire en intérieur à Roissy-Charles-de-Gaulle.

"C'est une première mondiale qui vise à être diffusée sur d'autres des 46 aéroports de Vinci dans le monde, d'ailleurs Stanley Robotics a déjà signé un accord avec l'aéroport de Gatwick à Londres", a-t-il ajouté, précisant souhaiter "à terme avoir entre 6.000 et 7.000 places gérées par les robots dans les années qui viennent".

Share