Facebook visé par une enquête pénale aux Etats-Unis — Partage de données

Share

Un grand jury [en droit américain, il s'agit d'une institution au sein d'un tribunal chargée d'enquêter sur des crimes, NDLR] fédéral à New York aurait ainsi convoqué au moins deux fabricants d'objets connectés, qui ont bénéficié de ces accords, à venir témoigner sur le sujet. "Nous coopérons avec les enquêteurs et prenons ces enquêtes au sérieux", a déclaré un porte-parole de Facebook à Business Insider. "Nous avons fourni un témoignage public, répondu à des questions et promis de continuer".

Facebook est soumis au feu roulant de polémiques autour de l'usage des données personnelles de ses utilisateurs depuis le scandale Cambridge Analytica (CA) il y a un an.

Les actions de Facebook ont baissé de 1,5% après les heures de négociations mercredi.

Facebook est déjà confronté à la perspective de payer des amendes de plusieurs milliards de dollars pour le règlement d'enquêtes sur la confidentialité menées par la Federal Trade Commission (FTC) et d'autres agences. Mais une enquête criminelle augmenterait considérablement les enjeux. Toujours selon le New York Times, cette affaire fait dorénavant l'objet d'une instruction en bonne et due forme, des procureurs fédéraux ayant ouvert une enquête pour déterminer si ces fameux échanges de bons procédés étaient légaux. Jouant sur les mots, Mark Zuckerberg a maintes fois répété que Facebook " ne vend pas vos données " - en effet, il les avait " seulement " échangées.

"Pour être clair: aucun de ces partenariats ou de ces fonctionnalités n'a donné aux entreprises l'accès à des informations sans la permission des utilisateurs, ni violé notre règlement de 2012 avec la FTC", peut-on lire sur l'article de blog.

Facebook partage ou a partagé de nombreuses données personnelles avec des entreprises technologiques extérieures, dont les fabricants de smartphones par exemple, pour que ses services soient compatibles avec leurs systèmes d'exploitation ou diverses applications ou sites, au travers de "partenariats" -dont beaucoup ne sont déjà plus actifs selon Fabebook- signés avec ces groupes.

Share