Fusillades en Nouvelle-Zélande: 2 mosquées frappées, 40 morts - LINFO.re - Monde

Share

Parmi les blessés, une vingtaine serait dans un état grave. "Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence contre nous ne l'est pas ". La police a lancé un appel afin de ne pas partager "des images extrêmement pénibles" après la mise en ligne d'une vidéo montrant un homme blanc se filmant en train de tirer sur des fidèles dans une mosquée. La femme politique a souligné le caractère terroriste du drame: "Il est clair qu'on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste".

"Pour ce que nous en savons, l'attaque semble avoir été bien planifiée", a expliqué la Première ministre lors d'un point presse. Le tireur de Christchurch est un Australien "terroriste extrémiste de droite et violent ", selon le Premier ministre australien Scott Morrison.

Aucun bilan officiel n'était disponible. Elle précise que l'armée a désamorcé des engins explosifs retrouvés sur les véhicules des suspects avaient été sécurisés.

Au moment de la fusillade, la mosquée Masjid al Noor, sur l'avenue Deans, était remplie de fidèles, dont les membres de l'équipe nationale de cricket du Bangladesh.

Le centre de cette ville de l'île du Sud a été bouclé par les forces de l'ordre qui recherchaient "un tireur actif".

La Nouvelle-Zélande a relevé son niveau d'alerte. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant la mosquée. Un autre homme dit avoir vu des enfants se faire abattre. "J'avais des corps partout sur moi ", a-t-il confié.

Des médias néo-zélandais affirmaient que des coups de feu ou été tirés près d'une mosquée et qu'un témoin a vu au moins trois personnes blessées, étendues au sol à l'extérieur de l'édifice. Toutes les écoles de la ville avaient été bouclées.

"Etat de choc" La municipalité a ouvert un téléphone rouge destiné aux parents inquiets d'enfants qui manifestaient non loin contre le déréglement climatique.

" La police appelle tous ceux qui sont présents dans le centre de Christchurch à ne pas sortir et de signaler tout comportement suspect ". Des bâtiments publics comme la bibliothèque centrale sont aussi fermés.

"C'est l'un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande", a-t-elle déploré. Selon le recensement de 2013, quelque 46.000 personnes s'identifiaient comme musulmanes en Nouvelle-Zélande, soit un peu plus de 1% de la population totale. L'auteur de la fusillade a été condamné à la prison à perpétuité.

Share