Au moins 8 morts dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos — Nigeria

Share

Le bâtiment abritait une école maternelle et primaire d'une centaine d'élèves au dernier étage, ainsi que des appartements et des commerces.

" 37 personnes ont été sorties vivantes et huit personnes ont été retrouvées mortes ", a annoncé dans la soirée un responsable de l'Agence de gestion des urgences de l'Etat de Lagos (Sema), Ibrahim Farinloye, dans un communiqué. Les opérations de sauvetage se poursuivent.

Il est encore difficile d'établir un bilan des victimes en raison de la confusion qui règne sur les lieux, rapporte l'agence Reuters.

L'effondrement s'est produit peu avant 10 h du matin, selon Olamide Nuzbah, un habitant du voisinage qui a assisté au drame: " On était dehors en train de fumer quand on a vu l'immeuble "tomber" ", a-t-il témoigné. Devant les décombres, des parents en larmes imploraient les sauveteurs qu'on sauve leurs enfants.

Le gouverneur de Lagos, Akinwuni Ambode, s'est rendu sur les lieux et a présenté ses condoléances aux familles, mais n'a pour le moment pas précisé le nombre de victimes.

Un bulldozer a tenté tout l'après-midi de dégager des gravats pour faciliter le passage des secouristes. Pour aider les personnes coincées à l'intérieur, des volontaires sont venus apporter des masques à oxygène en provenance d'un hôpital voisin, face à certains responsables des urgences sous-équipés.

Derin, un jeune du quartier ayant participé aux opérations de sauvetage sur le toit de l'immeuble de quatre étages, a lui affirmé qu'"au moins dix enfants" étaient encore piégés dans les décombres à la mi-journée, "apparemment en vie".

L'hôpital général de Lagos Island a reçu la majorité des personnes évacuées en urgence, avant de les rediriger vers d'autres centres de soins.

Le quartier de Lagos Island, populaire et densément peuplé, est l'un des plus anciens de la capitale économique de 20 millions d'habitants.

Mais de très nombreux immeubles abandonnés ou désaffectés sont encore squattés de manière plus ou moins informelle par des familles ou des commerçants.

Le Guardian britannique rappelle qu'au Nigeria "des immeubles s'effondrent fréquemment, à cause d'une faible application des réglementations et de l'utilisation de mauvais matériaux de construction".

Share