La pollution de l'air tue plus que le tabac

Share

Saviez- vous que respirer en zone polluée a des effets plus ravageurs sur votre santé que de fumer une cigarette?

La pollution de l'air est responsable de 8,8 millions de morts prématurées par an dans le monde, soit deux fois plus que ce qui était estimé auparavant, avance une étude parue ce mardi dans la revue "European Heart Journal ". Elle estime que sur le continent européen, la pollution atmosphérique cause 790.000 décès supplémentaires - dont une grande partie par des maladies cardiovasculaires, comme les arrêts cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Dans son rapport annuel publié en octobre, cette dernière jugeait que la pollution de l'air aux particules très fines (PM2,5), au dioxyde d'azote (NO2, émis par les moteurs diesel) et à l'ozone (O3) était responsable en 2015 de 518.000 décès prématurés dans 41 pays d'Europe, et 480.000 dans l'UE.

L'étude publiée mardi est essentiellement consacrée à l'Europe, mais ses auteurs ont également appliqué leur méthode de calcul à l'ensemble du monde. Ils arrivent au chiffre astronomique de 8,8 millions de morts causés par la pollution de l'air en 2015 sur l'ensemble de la planète, dont 2,8 millions pour la Chine. De précédents travaux chiffraient plutôt le total mondial à 4,5 millions. Ils ont estimé l'exposition aux polluants en se fondant sur un modèle simulant la façon dont les gaz atmosphériques interagissent avec les composés chimiques issus de l'activité humaine (production d'énergie, industrie, transports, agriculture...).

Les auteurs de l'étude concluent que les gouvernements et agences internationales devraient prendre des mesures urgentes pour réduire la pollution de l'air, notamment en révisant à la baisse les seuils de pollution qu'ils considèrent comme acceptables. Ils ont ensuite appliqué ces données à un nouveau modèle statistique combinant les taux de mortalité et l'exposition.

" Cela s'explique par la combinaison d'une piètre qualité de l'air et d'une forte densité de population, qui aboutit à une exposition parmi les plus élevées du monde ", indique le professeur Lelieveld.

Lorsqu'ils ont examiné différents pays, les chercheurs ont constaté que la pollution de l'air entraînait un taux de mortalité excessive de 154 pour 100.000 en Allemagne (réduction de 2,4 années d'espérance de vie), de 136 en Italie (réduction de 1,9 ans d'espérance de vie), 150 Pologne (réduction de l'espérance de vie de 2,8 ans), 98 au Royaume-Uni (réduction de l'espérance de vie de 1,5 ans) et 105 en France (réduction de l'espérance de vie de 1,6 ans).

L'Europe de l'Est est particulièrement touchée, avec 36 000 morts par an pour la Roumanie ou 76 000 pour l'Ukraine, soit des taux supérieurs à 200 décès pour 100 000 habitants. L'Union européenne a défini le seuil limite de 25 microgrammes de PM2.5 par mètre cube, alors que l'OMS recommande 10 μg/m3: pour ces chercheurs, l'Union devrait s'aligner sur la norme OMS, comme le font déjà les États-Unis, le Canada, l'Australie notamment.

Share