Felicity Huffman (Desperate Housewives) arrêtée dans un scandale de corruption universitaire

Share

Les actrices Felicity Huffman, l'inoubliable Lynette dans Desperate Housewives, et Lori Loughin (La Fête à la maison) font partie d'un ensemble d'une trentaine de personnes (des PDG, des entraîneurs, des investisseurs, des stylistes réputés...) qui viennent d'être inculpées pour avoir versé d'importantes sommes d'argent (près de 6 millions de dollars) à des intermédiaires pour qu'ils facilitent l'admission de leurs enfants dans les universités de premier plan telles que celles de Georgetown, Stanford, UCLA, Yale, l'Université du Texas, l'Université de San Diego, l'Université de Californie du Sud et Wake Forest.

Pots-de-vin déguisés en donations, tests d'entrée passés par un autre candidat: un vaste réseau de triche universitaire a été démantelé aux Etats-Unis.

À la tête de ce réseau qui a opéré entre 2011 et 2018, William Singer a été inculpé de quatre chefs d'accusation différents, dont extorsion et blanchiment, et devait plaider coupable devant un magistrat mardi après-midi. Les enfants n'étaient pas au courant des agissements de leurs parents, d'après les médias américains. Les documents d'inculpation prétendent que Felicity Huffman et son mari "ont soi-disant fait une contribution de bienfaisance de 15 000 dollars (environ 13 000 euros) pour participer au stratagème de triche à l'examen d'entrée à l'université pour leur fille aînée".

Felicity Huffman n'est pas la seule actrice mise en cause dans cette affaire. Quant à Lori Loughlin et son mari, le designer Mossimo Giannulli, ils auraient versé quelque 500.000 dollars de pots de vin afin que leurs deux filles soient admises à USC.

Quant à Lori Loughlin, âgée de 54 ans, elle a joué dans des dizaines de séries et téléfilms mais est surtout connue pour son personnage de Becky dans la série "La fête à la maison" (1987-1995), puis "La fête à la maison, 20 ans après" (depuis 2016).

En plus de payer des sommes astronomiques pour inscrire leurs progénitures, les parents auraient falsifié leurs dossiers scolaires ainsi que leurs résultats aux examens.

"Les parents inculpés aujourd'hui, bien que déjà en situation de donner à leurs enfants tous les avantages licites dans le système d'admission à l'université, ont choisi de le corrompre et de le manipuler à leur profit", a déclaré Andrew Lelling.

Share