Endométriose : six mesures pour un meilleur suivi

Share

L'endométriose est une maladie gynécologique.

L'endométriose est liée à la présence en dehors de l'utérus de cellules d'origine utérine qui réagissent aux hormones lors des cycles menstruels.

L'endométriose survient quand l'endomètre se développe à l'extérieur de l'utérus et s'étend à d'autres endroits tels que la surface extérieure de l'utérus, les ovaires, les ligaments soutenant l'utérus, etc. Les experts ont identifié plusieurs facteurs de risque tels que les règles précoces, les antécédents familiaux, l'absence de grossesse antérieure, etc. (On estime qu'une femme sur 10 au moins est touchée). Résultat: les femmes atteintes mettent en moyenne sept ans à recevoir le diagnostic. "Agnès Buzyn a même évoqué " un déni " de certains professionnels de santé, jugeant " impératif de penser systématiquement " à l'endométriose chez les femmes faisant état de " douleurs très importantes pendant les règles ", pour " bien les prendre en charge " et " qu'elles ne perdent pas de temps ". Elle a demandé à l'Inserm de renforcer la communication scientifique autour de l'endométriose pour que chercheurs, médecins et grand public s'intéressent enfin à cette maladie si fréquente.

Ces filières spécialisées doivent faire en sorte "que les femmes sachent vers qui se tourner, afin qu'elles soient mieux accompagnées, pour la prise en charge de la douleur, pour la préservation de la fertilité, avec des professionnels qui sont plus spécialisés dans la prise en charge de cette maladie", avait souligné Agnès Buzyn vendredi matin sur France Info. "L'endométriose est une maladie mal repérée, avec une prise en charge insuffisamment coordonnée, entraînant un retard diagnostic et une errance des femmes", précise la HAS.

Rechercher les signes d'endométriose dans les nouvelles consultations obligatoires du calendrier de suivi médical de l'enfant et de l'adolescent, à 11-13 ans et 15-16 ans pour les jeunes filles. Les consultations dédiées à la santé sexuelle des jeunes filles entre 15 et 18 ans devront également intégrer une recherche de signes de l'endométriose.

Améliorer l'accès aux soins, par la création de "filières de l'endométriose", mises en place à l'échelle locale par les Agences régionales de santé (ARS).

De plus, des "filières" regroupant des spécialistes de l'endométriose seront mises en place dans chaque région de France d'ici la fin de l'année. Une attention particulière sera portée sur la prise en charge de la douleur et des troubles de la fertilité par ces filières. Ce plan d'action entend également promouvoir la recherche sur cette maladie.

Share