VIDÉO - Quimper: un "Gilet Jaune" matraqué une dizaine de fois

Share

Selon Lionel Botorel, le "street médic" qui a filmé la scène, il aurait déjà été touché par une balle de LBD (lanceur de balle de défense), au visage le 17 novembre à Quimper: "Ce n'était pas lui qui était visé par la charge des gendarmes, mais des personnes qui se sont enfuies en courant". Elle tient à préciser que "les vidéos montrant l'action des forces de l'ordre diffusées sur les réseaux sociaux ont été tournées dans un contexte de violences contre les forces de l'ordre, qui ont duré une partie de l'après-midi et du début de la soirée et ont fait plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre comme parmi les manifestants". "Ils m'ont attrapé à l'épaule et j'ai perdu l'équilibre, je me suis accroché à la rambarde, je ne pensais à rien", raconte à l'AFP le "gilet jaune" de 25 ans Max Barré. Un gendarme le frappe alors avec une matraque sur le dos à 9 reprises, entouré de deux autres gendarmes dont un maintien sa tête, avant de s'en aller.

Sur les images, on le voit se plaquer sur la rambarde du pont et s'y accroche.

Troisième scène qui met en cause le comportement isolé des forces de l'ordre, à Caen en Normandie, samedi dernier.

Aux abords de la préfecture, l'objectif était affiché, le round d'observation n'aura duré qu'un quart d'heure avant les premiers échanges: pierres, bouteilles, matériel de chantier, boulons d'un coté, lances à eau et grenades lacrymogènes de l'autre, puis des charges de gendarmes, dépassant la place de la Résistance près de la préfecture pour se poursuivre dans le centre historique de Quimper.

"Max s'est fait attraper par la deuxième charge des gendarmes". "Je lui ai soigné un énorme hématome au niveau du mollet, du côté droit de la tête, des saignements au nez et au niveau du cuir chevelu".

Selon le ministère de l'Intérieur, les manifestants étaient moins nombreux samedi 9 mars par rapport aux semaines précédentes. Celle d'un jeune joueur de tambour, à Caen, dans le Calvados, violemment plaqué au sol par les forces de l'ordre lors de l'acte 17 des "gilets jaunes".

Réaction de la préfectureJusqu'à ce lundi soir, la préfecture du Finistère n'avait pas souhaité faire de commentaire. Sur la vidéo partagée sur Twitter par le journaliste David Dufresne, qui dénonce régulièrement les violences policières lors des manifestations, le jeune homme est brutalement aggripé alors qu'il joue de son tambour.

Share