Corée du Nord: Législatives: la démocratie selon le régime

Share

Le scénario le plus probable n'est pas de réduire la pression sur l'Iran ni de ramener la Corée du Nord dans le cercle de la menace, mais sera bien au contraire des attentes et de ce qui s'est passé jusqu'à présent, ce qui signifie le recours à des pressions et menaces croissantes contre l'Iran et éventuellement une frappe militaire s'il ne cède pas aux pressions américaines, afin d'envoyer un message fort à la Corée du Nord, ce qui constitue un changement des positions de sorte que l'Iran remplace la Corée du Nord pour la transmission de messages, au lieu que Trump utilise la Corée pour intimider l'Iran, il agira probablement fermement vis-à-vis de l'Iran afin de pousser le dirigeant de la Corée du Nord à céder aux pressions américaines.

La formation de Kim Jong Un, le Parti des travailleurs au pouvoir, dirige d'une main de fer la République populaire démocratique de Corée (RPDC), nom officiel du pays reclus armé de la bombe atomique.

Les électeurs peuvent s'ils le souhaitent barrer ce nom avant de voter mais en pratique, personne ne le fait.

Lors des dernières élections en 2014, le taux de participation s'était élevé à 99,97%, selon l'agence officielle KCNA. Seuls ceux qui se trouvaient à l'étranger ou "travaillaient en mer" n'avaient pas pris part au scrutin.

Les Etats communistes d'inspiration soviétique ont traditionnellement organisé des élections, même si les partis dirigeants ont ignoré leurs propres engagements à tenir des congrès réguliers, fait-il valoir. (Digital Globe)Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, est resté prudent dimanche sur l'imminence d'un test de missile par la Corée du Nord, tout en rappelant que le président Donald Trump serait "très déçu " si c'était le cas.

La vice-ministre des Affaires étrangères Choe Son-hui avait d'ailleurs déclaré en conférence de presse à la fin de la rencontre que les Etats-Unis en refusant les propositions de la Corée du Nord ratent une opportunité qui ne se présentera que tous les 1000 ans. "Les premiers communistes pensaient sincèrement créer une nouvelle démocratie jamais vue dans le monde".

Il faut dire que ces récentes initiatives prises par le président Nord Coréen s'inscrivent en contradiction avec l'objectif américain concernant la dénucléarisation totale et irréversible de la Corée du Nord. En 2014, il y en avait 686. D'après KCNA, il avait remporté 100% des voix, avec un taux de participation de 100%.

Certains sièges sont réservés à deux formations mineures, le Parti social-démocrate de Corée et le Parti chondoïste Chongdu, qui tire ses racines d'un mouvement religieux coréen du XXe siècle.

Malgré tout, la participation au vote, comme tous les "rituels obligatoires" en Corée du Nord, renforce la loyauté des gens envers le gouvernement et l'unité sociale car les êtres humains "adorent les symboles", poursuit M. Lankov.

Share