Attentat du musée juif : Mehdi Nemmouche condamné à la perpétuité

Share

"Elle a retenu le " caractère manifeste anti-juif de l'attentat et l'antisémitisme marqué de Mehdi Nemmouche " ainsi que son " égocentrisme et son narcissisme " démontrés par le fait qu'il portait une caméra sur sa veste - qui n'avait pas fonctionné - " et son souci constant de se tenir informé des faits à peine commis ".

"Lors des interrogatoires, goguenard, il a opposé aux enquêteurs un droit au silence narquois (qui) confirme également sa volonté de se moquer, voire de rejeter notre état de droit", a estimé la cour, fustigeant la thèse du piège invoquée par la défense " à l'évidence contraire à l'ensemble des éléments matériels du dossier " et qui présente Mehdi Nemmouche " comme une victime ".

"M. Nemmouche, vous n'êtes qu'un lâche, vous tuez des gens en leur tirant dessus par derrière, vous tuez des dames âgées en leur tirant dessus à l'arme de guerre, vous tuez car cela vous fait plaisir de tuer", avait lancé dans la matinée l'avocat général Yves Moreau à l'accusé, mettant en avant "son absence totale de compassion pour ses victimes". Il a aussi opposé un silence glaçant aux questions de la présidente, et conclu lundi les neuf semaines de procès par une ultime provocation en lançant, sourire en coin: "la vie continue".

Son avocat Me Sébastien Courtoy avait demandé au jury d'éviter "une mort lente" à son client et de le condamner à "35 ans, plus 10 ans".

Le premier, un délinquant multirécidiviste devenu un soldat du djihad, a été reconnu coupable d'avoir abattu de sang-froid, en moins d'une minute et demie, les époux Riva ainsi qu'un jeune employé belge et une bénévole française, le 24 mai 2014 au Musée juif.

"J'ai vraiment honte d'avoir croisé ce mec", a affirmé lundi le délinquant marseillais, qui avait connu Nemmouche en prison il y a dix ans.

Bruxelles
Sputnik. Grigory Sysoev Attentat au musée juif le dossier Nemmouche volé et remplacé par une fausse kalachnikov

Le jury de la cour d'assises de Bruxelles a condamné dans la nuit de lundi à mardi Nacer Bendrer, co-auteur de l'attentat, à 15 ans de prison. "C'est un monstre, un fils de pute né", a-t-il ajouté.

Les 12 jurés avaient estimé dès jeudi que Nemmouche, 33 ans, et Bendrer, 30 ans, étaient tous deux auteurs de la tuerie, mais ce n'est que lundi, après un dernier débat entre accusation et défense, que les peines, qui seront purgées en France, ont été prononcées. Cette mesure permet une surveillance judiciaire au-delà de la peine principale. Les avocats du Marseillais avaient réclamé une peine de 15 ans maximum, implorant la "miséricorde" de la cour pour un homme "qui n'a tiré sur personne".

Les avocats de l'accusé principal avait expliqué qu'il s'agissait en fait d'" une exécution ciblée d'agents du Mossad " (les services secrets israéliens), dans laquelle de supposés agents des services libanais ou iraniens auraient impliqué Nemmouche à son insu.

Le verdict de jeudi, qui retient les preuves de l'enquête accablant Nemmouche (ADN, empreintes sur les armes, vidéos de revendication etc), est " une gifle pour la défense et toutes les théories négationnistes et complotistes", a commenté Me Vincent Lurquin, représentant d'une partie civile. Nemmouche, natif de Roubaix (nord de la France), avait été arrêté à Marseille (sud) le 30 mai 2014, six jours après la tuerie, en possession des armes utilisées, un revolver et un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

Me Michèle Hirsch, pour les organisations juives de Belgique (CCOJB), a insisté sur l'importance du témoignage des deux journalistes otages en Syrie ayant reconnu en Nemmouche un de leurs geôliers.

"Le récit de cette séquestration (qui fait l'objet d'une procédure distincte en France, NDLR) a permis de montrer, selon l'avocate, que Nemmouche " n'était pas un loup solitaire", mais appartenait à " la même meute " que les auteurs des attentats de 2015-2016 revendiqués par l'EI.

Share