Quelque 16.000 passagers de Brussels Airlines concernés par la liquidation de flybmi

Share

Dotée d'une flotte de 17 avions, la compagnie régionale desservait 25 villes européennes. En avril 2012, la compagnie est d'abord rachetée par le groupe IAG en même temps que sa compagnie soeur low cost, bmibaby (qui disparaît en septembre 2012). Ses vols étaient exploités depuis Aberdeen, Bristol, Brno, ville de Derry, Düsseldorf, Midlands de l'Est, Esbjerg, Francfort, Hambourg, Jonkoping, Karlstad, Londres Stansted, Lublin, Milan Bergame, Munich, Newcastle, Norrkoping, Nuremberg, Oslo, Paris Charles de Gaulle, Rostock / Laage, Sarrebruck et Stavanger. La maison-mère de Flybmi, British Midland Regional Limited, a donc décidé d'arrêter les frais et annoncé la fin des activités de l'entreprise.

Parmi les raisons de sa situation, la compagnie aérienne évoque "plusieurs difficultés, dont les récentes flambées des coûts de carburant et de carbone, cette dernière résultant de la décision récente de l'Union européenne d'empêcher les compagnies aériennes britanniques de participer pleinement au système d'échange de quotas d'émission".

La compagnie a conseillé à ses clients de chercher à se faire rembourser leurs réservations auprès des sociétés de cartes de crédit, des sites de réservation en ligne ou de fournisseurs d'assurance-voyage.

"Flybmi n'a pas pu mettre sur pied de contrats post-Brexit en Europe et craignait de ne pas pouvoir continuer à desservir des destinations sur le continent européen après le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, selon le communiqué". "Aussi, il est devenu impossible pour les actionnaires de la compagnie aérienne de poursuivre leur programme de financement, en dépit d'investissements à hauteur de plus de 40 millions de livres (plus de 51,6 millions de dollars) ces six dernières années", poursuit le communiqué. Cette cessation a aussi des conséquences sur les passagers de Brussels Airlines. Les voyageurs qui ont réservé via flybmi peuvent s'adresser à leur organisme bancaire pour être remboursés. "Nous allons, dès que possible, déterminer quelles sont les alternatives pour ces passagers également", a indiqué la porte-parole.

Share