Macron promet une loi contre la haine sur internet en mai — Antisémitisme

Share

Il a par ailleurs indiqué que la France allait adopter dans ses textes de référence une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme. C'est le triste constat dressé ce mercredi soir par le chef de l'État au cours du dîner annuel du Crif (conseil représentatif des institutions juives de France).

"L'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme", a déclaré Emmanuel Macron.

Il s'agit de recommandations qui permettront de mieux former les agents publics, les policiers ou les enseignants à lutter contre l'antisémitisme, mais pas d'une modification des textes juridiques, a expliqué l'Elysée. "La France, qui l'a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l'antisémitisme adoptée par l'Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah", ajouté le chef de l'État. Mardi, 96 tombes ont été découvertes profanées dans un cimetière juif alsacien.

Très attendu au dîner du Crif mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures pour lutter contre l'antisémitisme en France.

"Depuis plusieurs années, et la situation s'est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays - comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales - est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale", a déclaré le chef de l'État.

Emmanuel Macron a également annoncé le lancement d'un "audit" des établissements scolaires touchés par la "déscolarisation" des enfants de confession juive. Déplorant que des élèves de certains quartiers soient "trop souvent " obligés de "quitter l'école publique ", le chef de l'État a chargé son ministre de l'Éducation d'évaluer ce phénomène pour que l'école joue à plein "son rôle de rempart républicain ".

"Le mouvement s'est radicalisé et a été infiltré, par les mouvements complotistes, l'extrême droite, l'extrême gauche, les islamo-gauchistes et les salafistes".

Il a demandé la dissolution d' " associations ou groupements " racistes ou antisémites ", dont "pour commencer " trois organisations d'extrême droite. Il s'est aussi engagé à lutter plus efficacement contre la haine sur les réseaux sociaux, par le biais d'une proposition de loi déposée par la députée LREM Laeticia Avia "dès le mois de mai".

Le président de la République, qui a déploré "une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale", avait fait part de cette décision un peu plus tôt au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Ariel Goldmann (Fonds social juif unifié) attend lui aussi la "déclinaison concrète" de ce plan qui propose notamment de pousser les plateformes à mettre "en quarantaine" ou retirer "en quelques heures" les contenus haineux, et à accélérer les procédures pour identifier leurs auteurs, selon M. Mahjoubi.

Share