Poutine: de nouveaux missiles hypersoniques russes seront installés sur des sous-marins

Share

"Il ne faut pas attendre mais améliorer la situation dès maintenant".

Alors qu'il avait consacré une grande partie de sa précédente adresse aux députés et sénateurs aux nouvelles armes "invincibles" de la Russie, il a prévenu dès l'ouverture de son discours vouloir se concentrer sur les questions économiques et sociales, s'attardant sur les familles, le système de santé ou l'éducation.

Ce discours du président russe devant les députés et sénateurs russes est sa première depuis sa réélection haut la main en mars 2018, pour un quatrième mandat qui s'achève en 2024 et censé être son dernier, selon la Constitution. Après une accalmie, la population a recommencé à chuter. C'est pourquoi la réforme des retraites et la hausse de la TVA de 18 % à 20 % ont suscité la colère de la population.

"Plus d'enfants, moins d'impôts", a résumé le président, promettant notamment des aides pour la naissance d'un troisième enfant, mais aussi pour les retraités les plus démunis.

Afin de soutenir l'économie nationale, le gouvernement a lancé un vaste programme d'infrastructures de plus de 515 milliards de dollars. Toutefois, ces investissements gouvernementaux ne sauront empêcher la croissance de ralentir et les revenus de la population de baisser.

"La pauvreté écrase littéralement les gens (.) 19 millions de personnes vivent aujourd'hui en dessous du seuil de pauvreté".

Le président Poutine a également annoncé des mesures pour les retraités les plus pauvres.

Alors qu'il s'était employé à énumérer les tensions internationales pendant plus d'une heure lors de son précédent discours devant les deux chambres du Parlement - de la guerre en Syrie à l'empoisonnement de l'ancien espion russe Sergueï Skripal en passant par l'annexion de la Crimée et la multiplication des tensions avec l'Occident - M. Poutine n'en a pas soufflé mot durant les 40 premières minutes de son allocution.

Dans son discours annuel face au Parlement, le président russe a évoqué la situation démographique et économique compliquée dans laquelle se trouve la Russie, mais ce sont ces annonces en politique étrangère qui sont à retenir, comme cet appel au dégel avec l'Europe.

Si les Etats-Unis déploient des missiles en Europe, "la Russie se verra obligée de produire et de déployer des types d'armes qui pourront être utilisées non seulement contre les territoires d'où vient la menace mais aussi contre les territoires où se trouvent les centres de décision", a ajouté le président russe.

Washington a justifié sa décision en accusant la Russie d'avoir violé le traité FNI en développant un nouveau missile, le Novator 9M729 (SSC-8 pour l'Otan).

Share