"Gilets jaunes" : "Ces manifestations doivent s'arrêter", déclare la ministre Agnès Buzyn

Share

Invitée de l'émission "En toute franchise" ce dimanche après-midi sur LCI, la ministre de la Santé a vertement critiqué les réactions de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon après les insultes antisémites dont le philosophe Alain Finkielkraut a été victime la veille à Paris.

Il est en train de dériver.

" Elle est contre l'antisémitisme mais elle a plein de néonazis dans son entourage " a déclaré Agèns Buzyn et " dès qu'elle peut aller en Autriche ou à Bruxelles rejoindre les néo-nazis et mouvements d'extrême droite d'Europe et du monde entier, elle y court ". Elle a par la suite confirmé au Parisien qu'elle allait porter plainte pour "injure". " Elle mange à tous les râteliers. C'est ce que j'ai à dire aujourd'hui".

Concernant le mouvement Gilets jaunes, le ministre des Solidarités et de la Santé a estimé que celui-ci s'était "profondément transformé". Marine Le Pen a répliqué sur Twitter dimanche soir, menaçant la ministre de poursuites judiciaires.

Elle se dit désireuse "de ne pas céder à ce simulacre moral et tout au contraire de mettre à bas le masque des nouveaux antisémites et de leurs soutiens islamo-gauchistes et 'indigénistes' qui trouvent des voix jusque dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale". "Ces manifestations doivent s'arrêter", a-t-elle encore dit, trois mois après leur démarrage, soulignant toutefois que parmi ceux qui manifestent encore, il y a "quelques personnes de bonne foi". " Conscient de l'instrumentalisation de l'antisémitisme, je crois aussi qu'il ne faut jamais laisser passer le racisme " a écrit Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Jean-Luc Mélenchon, mis en cause pour sa réaction jugée trop tardive à l'agression antisémite contre Alain Finkielkraut, a dénoncé lundi une "accusation ignoble" des "macronistes" contre son mouvement et un "dévoiement politicien irresponsable". "Je suis avec eux". "Agnès Buzyn en répondra devant la justice", a-t-elle prévenu.

Réagissant sur Public Sénat à l'appel de 14 partis politiques qui ont organisé une marche le 19 février à Paris contre l'antisémitisme, Jordan Bardella, tête de liste RN aux européennes a dénoncé une "opération d'enfumage": "Ce n'est pas un rassemblement contre l'antisémitisme, c'est des partis politiques au pouvoir depuis trente ans qui n'ont strictement rien fait face à la montée de l'islamisme qui ont décidé de faire un petit coup de com'".

Share