Grève nationale: la circulation des métros, trams et bus bruxellois fortement perturbée

Share

En parallèle, des administrations, des commerces, des hôpitaux des écoles et des services publics de la Belgique seront également fortement affectés à divers degrés par cette grève d'ampleur.

La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) a annoncé que près de la moitié des trains roulent mercredi.

Le trafic international était lui relativement épargné, tout comme la circulation sur les routes, plutôt fluide malgré quelques barrages filtrants. L'espace aérien belge a quant à lui été fermé.

Skeyes (ex-Belgocontrol), gestionnaire du trafic aérien en Belgique, a décidé de ne pas autoriser le trafic aérien pendant 24 heures à partir de mardi 22h00, a indiqué mardi Skeyes dans un communiqué.

Aucun avion volant en dessous de 8.000 mètres d'altitude, c'est-à-dire dans la zone contrôlée par Skeyes, ne sera par ailleurs autorisé à survoler le pays. Seuls les vols gouvernementaux, militaires et d'urgence ont été autorisés.

Le mouvement va perturber le bon déroulement de la réunion des ministres de la Défense des 29 pays de l'Otan mercredi et jeudi à Bruxelles, a-t-on appris auprès de l'Alliance, car certains ministres pourraient manquer le début de la réunion.

Selon l'agence Belga, plusieurs piquets de grève ont été mis en place à travers tout le pays, comme au port de Gand (nord), à Eupen (est) ou encore dans les zones industrielles du Limbourg (est).

La compagnie belge Brussels Airlines avait annoncé dès la semaine passée l'annulation de la totalité des 222 vols prévus mercredi.

Les trois syndicats FGTB, CSC, CGSLB ont appelé à une grève nationale mercredi à la suite de l'échec des négociations relatives au nouvel accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. A l'aéroport de Bâle-Mulhouse, la compagnie Brussels Airlines a annulé ses deux vols aller et retour depuis et vers Bruxelles, a précisé la porte-parole de l'EuroAirport Vivienne Gaskell. Outre une revalorisation des salaires, ils réclament une hausse des allocations et pensions, ainsi que de meilleures conditions de fin de carrière.

La dernière grève générale en Belgique remonte à décembre 2014.

Share