Belgique. Une grève générale met le pays au ralenti

Share

" Si la grève est un succès, qu'il y a aussi une protestation dans le nord du pays, les syndicats seront en position de force quand les négociations vont se rouvrir avec le patronat", a prédit le politologue Jean-Michel De Waele, interrogé par l'AFP.

" Le mouvement est bien suivi partout et dans tous les secteurs", a assuré la secrétaire générale du syndicat CSC (chrétien), Marie-Hélène Ska, à la radio de radio Bel-RTL. "Skeyes (ex Belgocontrol) explique que " malgré tous les efforts déployés par la direction", elle n'avait pas une " connaissance suffisante de l'occupation en personnel " six heures avant le début de la grève; et elle précise que ses employés " ne doivent pas divulguer leur intention de travailler ou pas pendant des actions syndicales ". Brussels Airlines par exemple avait déjà annoncé l'annulation des 222 vols prévus ce jour (plus de 16.000 passagers affectés), tandis que TUI Fly a décidé de " déménager " ses vols vers des aéroports de France et des Pays-Bas. La Stib, qui exploite les transports en commun à Bruxelles, s'attend elle aussi à de fortes perturbations sur son réseau. Le message du gestionnaire du contrôle aérien en Belgique posté mardi à 16h00 ne laisse aucun espoir aux passagers devant voyager ce 13 février 2019 dans les aéroports de Bruxelles, Charleroi, Anvers, Liège, Ostende et Courtrai.

La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) a annoncé la suppression ou la modification des horaires de plusieurs trains, mais environ la moitié circulaient grâce à la mise en place d'un service minimum.

Le trafic international était lui relativement épargné, tout comme la circulation sur les routes, plutôt fluide malgré quelques barrages filtrants.

Une grève générale en Belgique pour une hausse des salaires, à laquelle participent les contrôleurs aériens, empêchera mercredi tout vol au départ et à l'arrivée du pays.

Seuls les vols gouvernementaux, militaires et d'urgence ont été autorisés.

" Je voyage d'Allemagne en République dominicaine".

Une grève générale à l'appel de trois syndicats, qui réclament de meilleurs salaires, devrait paralyser la Belgique mercredi.

Dans les entreprises métallurgiques et textiles, la participation est à un niveau " jamais vu", a indiqué à l'agence Belga William Van Erdegehem, président du syndicat CSC Metea, affirmant que 600 entreprises étaient touchées.

Cet appel à la grève des trois grands syndicats du pays - FGTB (socialiste), CSC (chrétien) et CGSLB (libéral) - concerne tous les secteurs, aussi bien dans le public que dans le privé, et à travers tout le pays.

"À Courcelles, près de Charleroi (sud), des manifestants " gilets jaunes " se relayant depuis plusieurs semaines sur un rond-point ont salué " la convergence des luttes ", en accueillant mercredi des syndicalistes.

Share