A la surprise générale, Alain Juppé va rejoindre le Conseil constitutionnel

Share

Désormais promu "sage", M. Juppé sera astreint à un strict devoir de réserve.

Ces propositions de nomination seront soumises à l'approbation de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République, la semaine prochaine, annonce un communiqué de l'Assemblée nationale.

Alain Juppé, qui devrait ainsi succéder à Lionel Jospin parmi les "Sages", est "un homme d'État, fort d'une expérience de la décision publique, qui saura avec une véritable exigence républicaine garantir le respect des principes et des règles fondamentales de la Constitution de la République", fait valoir M. Ferrand. Mais elle empêche également à M. Juppé d'apporter un clair soutien au président en vue des Européennes. Je l'ai acceptée. J'ai décidé, il y a plusieurs mois, de ne pas me représenter à l'élection municipale de mars 2020. Entrer au Conseil constitutionnel est un poste honorifique et très intéressant mais Alain Juppé avait encore tellement de choses à construire à Bordeaux et dans la métropole. Le président de l'Assemblée nationale doit annoncer cette nomination ce mercredi en fin d'après-midi. "Ma nomination bouleversera ce calendrier", écrit-il.

Au même moment, la présidence de la République a annoncé dans un communiqué qu'Emmanuel Macron proposerait le nom de son ancien ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard pour siéger au Conseil constitutionnel.

Il avait finalement été écarté du gouvernement lors du remaniement d'octobre.

Avant Alain Juppé, deux ex-Premiers ministres ont été nommés membres de cette "cour suprême" qui veille à la conformité des lois avec la Constitution: Lionel Jospin (qui y siège depuis 2015) et Laurent Fabius, qui en est le président depuis 2016 et dont la mandat court jusqu'en 2025. Trois membres sont nommés par décision du président de la République, lequel désigne aussi le président du Conseil.

Share