Le narcotrafiquant mexicain jugé "coupable" par la justice américaine — Procès "El Chapo"

Share

Après trois mois d'un procès délocalisé à New York et sous très haute surveillance, Joaquin "El Chapo" Guzman a été reconnu, ce mardi 12 février, coupable de narcotrafic et des neuf autres charges qui pesaient contre lui.

Les jurés du tribunal fédéral de Brooklyn, à New York, ont déclaré le baron de la drogue âgé de 61 ans coupable des dix chefs d'accusation retenus contre lui. A commencer par le principal, à savoir qu'il avait co-dirigé le puissant cartel de Sinaloa, responsable de l'exportation de centaines de tonnes de cocaïne aux Etats-Unis entre 1989 et 2014.

Un jury américain a déclaré coupable mardi le célèbre narcotrafiquant mexicain "El Chapo" des 10 chefs d'accusation à son encontre.

Plus de cinquante personnes ont témoigné lors de son procès, faisant la lumière sur les méthodes du cartel de Sinaloa, dans l'Etat montagneux du nord-ouest du Mexique où Joaquin Guzman est né dans un village pauvre avant de se bâtir un empire en faisant entrer aux Etats-Unis des tonnes de cocaïne, d'héroïne, de marijuana et de méthamphétamine pendant plus de deux décennies, selon la justice américaine. Le gouvernement américain, qui n'avait jamais obtenu l'extradition du Colombien Pablo Escobar, mort dans une opération policière à Medellin en 1993, s'est félicité du verdict.

L'avocat d'El Chapo, Jeffrey Lichtman, annoncé son intention de faire appel.

Pendant des années, "El Chapo" ("le court") a nargué les autorités mexicaines et la DEA, l'agence américaine de lutte contre la drogue.

Les avocats de la défense ont dénoncé devant les jurés un procès "farce", assurant qu'El Chapo n'était qu'un bouc-émissaire d'un gouvernement mexicain corrompu.

Ils avaient assuré qu'Ismael "El Mayo" Zambada, codirigeant du cartel toujours en fuite, était le vrai patron du cartel et "la pièce manquante du procès".

Mais le procès a permis d'avoir un aperçu de la vie de pacha qu'El Chapo, qui a grandi dans la pauvreté, a menée pendant ses 25 ans au sommet du cartel, voyageant en Suisse pour des cures de rajeunissement, à Macao ou à Las Vegas pour jouer dans les casinos. Plusieurs témoins ont aussi décrit une scène particulièrement cruelle lors de laquelle il a personnellement torturé et exécuté trois trafiquants rivaux.

Share