Cécile Duflot dépose plainte pour harcèlement après des tweets injurieux

Share

Le procès doit se terminer aujourd'hui.

La voix pleine de sanglots contenus, elle raconte cette soirée de mai 2008 à Sao Paulo où, alors secrétaire nationale des Verts, elle était venue en délégation avec Denis Baupin, alors adjoint au maire de Paris, pour un congrès mondial des écologistes. Avant de terminer son témoignage en pleurs, selon la journaliste Marie Barbier qui officie à l'Humanité. A propos de Denis Baupin, je me rappelle avoir eu cette formule: "'C'est le genre de mec avec qui c'est moins fatiguant de coucher que de résister.'" Elle déplore notamment la "complaisance" du parti Europe Ecologie Les Verts (EELV) qui se veut féministe, paritaire et libertaire, avec ce genre de violences. Pourtant, lorsqu'une de ses collègues l'informe qu'elle a été victime de gestes déplacés de la part de l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale, elle ne réagit pas davantage. "J'ai déposé plainte dans l'après-midi pour le compte de Madame Duflot auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris sur le fondement du harcèlement en ligne", a affirmé à l'AFP Me Tewfik Bouzenoune, conseil de Cécile Duflot. L'élu de la capitale avait alors essayé de forcer l'entrée de sa chambre, après avoir posé la main sur son cou. Je ne comprends même pas comment il a pu croire qu'il y avait une ouverture (.) Son regard m'a fait peur. "Pour tout vous dire, j'étais en train de tirer mon lait, j'avais juste rabattu mon tee-shirt, le stress a fait couler mon lait, je me sentais tellement vulnérable". Et de poursuivre: "C'est la seule, d'ailleurs, qui m'ait vraiment dit ça, et donc voilà aujourd'hui elle a été la hauteur de ce qu'elle avait dit".

Après, elle téléphone à son compagnon: "J'ai appelé le père de ma fille, ça n'était pas une bonne idée, il s'est fâché".

Le lendemain, Cécile Duflot évite Denis Baupin et ne raconte à personne ce qu'il s'est passé la veille. "Il était candidat contre moi (à la présidence du parti, NDLR), évidemment que si je disais quelque chose, on me dirait que c'était parce qu'il était candidat contre moi". Un silence qui souligne la minimisation de la parole des femmes dans la sphère politique. " Finalement, on était très complaisants avec la violence ", a ajouté Cécile Duflot, qui espère que sa prise de parole servira à la nouvelle génération: " Maintenant que c'est dit, les filles après nous, non seulement elles auront des responsabilités, mais, en plus, elles sauront qu'elles ne sont pas obligées de subir ça ".

Share