Ashton titulaire contre les Bleus — Angleterre

Share

Malgré tout, et c'est bien tout le paradoxe de cette équipe de France, chacune de ses sorties est irrémédiablement précédé d'infinies bouffées d'espoir, d'un souffle d'espérance dressant un pont étrange entre les exploits passés et la misère actuelle, celle d'une génération rongée par la peur, transie d'angoisse et bien moins talentueuse qu'on ne l'aurait pensé au départ. L'équipe de France de Rugby a encaissé l'une des plus lourdes défaites de son histoire contre l'Angleterre, laminé dimanche 10 février à Twickenham (44-8) lors de la 2e journée du Tournoi des XV nations. Jonny May a dépassé en vitesse Damian Penaud, comme planté dans la pelouse, pour réceptionner un coup de pied rasant d'Elliot Daly. La large défaite face au XV de la Rose (44-8) semble avoir révélé d'autres failles. À qui la faute, au juste?

Le courant passe-t-il entre Jacques Brunel, son staff et les joueurs?

Que faire, désormais? Il reste trois matchs à ce XV de France en ruines pour sauver ce qui peut encore l'être et s'éviter une funeste cuillère de bois.

Pour ce match choc à Twinckenham, l'Angleterre a trés vite pris les devants. Au Japon, Jacques Brunel sera toujours le patron des Bleus. On en pleurerait presque...

Farrell (Cap.), (m) Youngs - Curry, B. Vunipola, Wilson - Kruis, Lawes - Synckler, George, M. Vunipola.

Share